Actualités
16 Avril 2014

Du salaire minimum au revenu minimum

L'ancien président de l'OMC, Pascal Lamy, a réouvert le débat sur les conséquences néfastes du SMIC comme outil de lutte contre la précarité. Gilbert Cette, Philippe Aghion et Élie Cohen, trois économistes ayant contribué à la campagne de François Hollande, ont eux aussi rappelé les effets négatifs de ce seuil infranchissable pour un nombre croissant de Français : exclusion de longue durée, voire définitive du monde du travail par une désocialisation progressive. Le PLD constate avec satisfaction la popularité croissante de cette analyse que nous défendons depuis des années : le SMIC contreproductif pour l'insertion des moins qualifiés dans le monde du travail.
15 Avril 2014

Attaquons-nous à l'enfer administratif !

La commission co-pilotée par l'entrepreneur Guillaume Poitrinal et le député PS Thierry Mandon a publié une première vague de 50 propositions de simplification administrative de la vie des entreprises. Certaines d'entre elles restent vagues, comme la 42e qui vise à "faciliter les projets de logement en zone urbaine". D'autres n'en sont pas à leur premier essai, comme la simplification de la feuille de paye qui avait déjà été proposée sans succès par le passé. Nous appelons néanmoins à la mise en œuvre rapide de ces mesures qui vont dans le bon sens dans l'ensemble.

14 Avril 2014

Facilitons l'entreprise individuelle

Le PLD est heureux de voir le gouvernement revenir sur le projet initial de Sylvia Pinel de restreindre très durement le régime d’auto-entrepreneur. Le succès du régime des auto-entrepreneurs montre que la simplicité et une faible pression des charges libèrent rapidement les énergies. Les résultat se mesurent en nombre d’entreprises viables créées mais aussi par le développement rapide du sens de l’autonomie et de l’initiative individuelle chez les Français qui s’en sont sortis par cette voie.

08 Avril 2014

Chiche, Monsieur le Premier ministre ?

Le discours de politique générale de Manuel Valls propose des réformes qui vont dans le bon sens : baisse de la pression fiscale, diminution du poids des charges sociales et réduction du mille-feuille territorial. Ces mesures sont hélas très étalées dans le temps, certaines étant annoncées pour 2020. D'autres sont soumises à un changement de la constitution. Et les réductions de dépense publique s'annoncent aussi floues qu'insuffisantes. Enfin, la loi sur la transition énergétique pourrait se révéler un gouffre financier. L'incohérence qui se dégage de l'ensemble nous fait craindre une simple opération de communication sans suite.

08 Avril 2014

Un an après sa mort, la leçon politique de Margaret Thatcher

Il y a tout juste un an, le 8 avril 2013, disparaissait Margaret Thatcher. Pour la pensée commune bien-pensante et spontanément étatiste, son nom raisonne encore comme le symbole d'un libéralisme inhumain et violent, avec en toile de fond les images galvaudées et largement diffusées des mineurs grévistes durement réprimés. Et pourtant, le libéralisme assumé par Margaret Thatcher nous donne bien des raisons d'espérer de pouvoir convaincre les Français que, face aux difficultés économiques, sociales et même régaliennes que rencontre notre pays, les solutions que nous proposons sont les bonnes. Celles-ci s'articulent autour de trois piliers fondateurs: la création et la répartition des richesses, la préservation de la liberté individuelle dans les règles de vie en société et la délimitation du domaine régalien.

07 Avril 2014

PLD, parti des libéraux de combat

Le centre et la droite connaissent leur première victoire depuis 2007 avec la prise de 155 villes de plus de 9.000 habitants. Les libéraux ont contribué à ce succès lorsqu’ils ont été tête de liste ou tout au moins reconnus comme acteurs à part entière dans la campagne. C’est pourquoi nous félicitons la centaine de candidats du PLD qui se sont présentés à cette occasion.

03 Avril 2014

Assez de bricolages politiciens, monsieur le Président !

La nomination de Manuel Valls avait laissé espérer une modernisation de la pensée gouvernementale. La présentation d'un Gouvernement composé des mêmes politiciens professionnels qui ont conduit la gauche et le pays dans le mur montre qu'à l'évidence, le président et son entourage n'ont rien compris à la gravité de la situation. Pourtant, la gauche ne manque pas de personnalités d'envergure telles que Louis Schweitzer, Pascal Lamy ou Gérard Collomb, capables d'engager les réformes structurelles de notre modèle social au plus grand bénéfice du pays.

03 Avril 2014

Une France moderne : 36 000 clochers, mais beaucoup moins de communes !

La France est connue pour ses 36 000 clochers. Ils devraient sonner le tocsin de la gabegie : les dépenses des communes ont augmenté de 7% en quatre ans, tandis que près de 200 000 nouveaux agents communaux ont été embauchés en dix ans ! Le regroupement en intercommunalités a créé des doublons sans gains d’efficacité notables, tandis que la diminution des transferts de l’Etat a été largement compensée par de nouvelles ressources et par la hausse des impôts locaux (la taxe d’habitation, par exemple, a augmenté de 23% depuis 2000). Quiconque conduit à travers les rond-points fleuris des villages français comprend que, dans un pays surendetté, le sens des priorités laisse encore à désirer…

02 Avril 2014

Hollande, ses pactes, notre enfer

Il y eut d'abord, en octobre 2012, le "pacte de compétitivité" entre l'État et les PME, qui devaient chacun "prendre leurs responsabilités". Ce pacte, avait précisé le chef de l'État, ne "laissera rien de coté". Las ! Il y eut un "pacte de responsabilité" en janvier dernier. Attention, ce pacte reposait sur deux éléments : d'un côté, la simplification et les baisses d'impôts pour les entreprises, de l'autre, des "contreparties". François Hollande avait même théorisé cette subtile articulation peu après : "Les contreparties forment un tout avec le pacte ; elles sont le pacte." Et dimanche dernier, la France émerveillée a appris qu'elle entrait dans un nouveau pacte, "de solidarité" cette fois, qui "correspond" (sic) au pacte de responsabilité.

01 Avril 2014

Ce n'est pas à l'Etat de s'occuper de nos souffrances

Les politiques semblent prendre un plaisir sadique à nous parler de nos «souffrances» ; Nicolas Sarkozy le premier, qui évoquait dans sa récente tribune les «peines, souffrances et inquiétudes» de ses compatriotes, écho désespérant de son discours de Toulon de 2011, où ils se lamentait que «beaucoup de Français ont souffert et continuent de souffrir.» L'actuel Président de la République reprend volontiers ce thème, lui qui s'adressait dans son discours de campagne du Bourget à «la France qui souffre». Il ne s'écoule pas une journée sans que l'un de nos représentants vienne nous rappeler, chers lecteurs, combien nous souffrons. Encore dimanche dernier, à l'annonce des résultats des élections municipales, Jean-Marc Ayrault disait comprendre «la souffrance et la désespérance».

01 Avril 2014

Remaniement, moment de vérité

Le Parti Libéral Démocrate prend acte de la démission du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Loin d’être convaincus par la consistance et la cohérence de la nouvelle orientation du Président de la république, nous espérons néanmoins que Manuel Valls aura le courage et la liberté de prendre les mesures radicales qu’il a parfois publiquement défendues et dont la France a besoin : baisse drastique des dépenses publiques, baisse des charges sur le travail et de la pression fiscale, flexibilité du travail, réformes structurelles de la protection sociale, entre autres.