17 Avril 2010

Campus bloqués = étudiants pris en otage

Le Parti Libéral Démocrate dénonce le scandale des blocages d’université et propose la fermeture temporaire, voire dfinitive, des campus régulièrement bloqués ou qui ne peuvent plus servir à leur vocation première. Ce rituel orchestré par la gauche et l’extrême-gauche oppose la violence à la légitimité démocratique pour bloquer toute tentative de réforme de l’enseignement supérieur. Si ces exactions sont coûteuses pour les contribuables qui financent l’université, ses principales victimes sont les étudiants eux-mêmes. Année gâchée, diplôme au rabais et coût financier pour rattraper tout ce temps perdu. Nous rappelons que la réforme de Valérie Pecresse va dans le bon sens. Nous souhaitons d’ailleurs que l’autonomie des universités et l’émulation entre campus aillent au bout de leur logique.

Il est également inquiétant de voir l’université transformée en terreau du militantisme socialiste et anticapitaliste. Les responsables syndicaux et politiques de gauche sont souvent passés par cette école de la contestation organisée par leurs aînés. Devons-nous continuer à faire financer par l’ensemble des Français cette formation à la confrontation et au blocage du pays sans réagir ? Lorsque des campus réputés pour leur fermeture récurrente pour grève constatent une baisse des inscriptions, nous en demandons la fermeture pour attribuer leur budget aux campus qui voient au contraire les inscriptions augmenter. Nous voyons là un moyen juste et efficace de sanctionner les campus irresponsables et de récompenser ceux qui ont bonne réputation.