07 Mars 2012

Internet doit rester libre !

Hébergé à Hong Kong, le site Megaupload a été fermé sur demande du FBI, en application du verdict d’une cour de justice américaine. Ses responsables ont été arrêtés comme s'il s'agissait de terroristes. En France, le gouvernement souhaite interdire le streaming et renforcer les pouvoirs de la Hadopi dans ce sens. Ainsi, l'industrie cinématographique et de la musique bénéficie partout d'un soutien massif des autorités publiques, obtenu par l’action de lobbyistes auprès de parlementaires influençables. Mais cette répression et ces intrusions menacent la vie privée de tous.

Le Parti Libéral Démocrate reste attaché au principe du Droit d'Auteur, mais juge que sa protection doit se faire par des réponses proportionnées et dans le respect de la vie privée. La diffusion des œuvres culturelles doit s'adapter aux nouveaux usages découlant de la révolution technologique, et non l'inverse. La mission de l'Etat n'est pas de défendre l'intérêt particulier de corporations qui refusent de s’adapter à ces évolutions, si cela se fait aux dépens des droits fondamentaux de chacun. La révolution Internet fait tomber des frontières. Outil de diffusion des idées mais aussi de lutte contre les abus de pouvoirs politiques ou de monopoles économiques soutenus par l'Etat, Internet doit être protégé des intrusions constantes de ces pouvoirs qui veulent le dompter pour conserver un contrôle fort sur l'information et sur les communications privées.

Internet ne met pas la culture en danger, bien au contraire. Une multitude de talents peuvent dorénavant se faire connaître facilement. De nombreux artistes établis s’opposent aussi publiquement au flicage de l’internet. Nous refusons que l’art serve d'alibi aux pouvoirs en place pour espionner nos échanges privés et nos préférences personnelles. Un nouvel ordre économique de diffusion d'œuvres culturelles, libres de droit ou non, est en train d'émerger. Laissons-le se mettre en place dans un espace de liberté sans Hadopi, nouvelle police de l'ordre social.