03 Mars 2011

La liberté d’expression n’est pas négociable

La condamnation d’Eric Zemmour, à l’instar de Dieudonné avant lui, illustre bien la dégradation de la liberté d’expression en France. Indépendamment du fond de leurs propos, le Parti Libéral Démocrate condamne l’intervention de plus en plus fréquente des politiques dans l'appréciation des événements du passé, ainsi que les procédures juridiques touchant historiens et penseurs. Héritage du siècle des Lumières et de la révolution, a liberté d’expression est l’un des Droits de l’Homme les plus essentiels. Ces lignes Maginot de la parole renforcent surtout la diffusion insidieuse des idées interdites. Elles nourrissent les rancoeurs et limitent le progrès qu’une société peut légitimement attendre du droit aux débats libres et ouverts. Nous demandons aussi la fin des subventions publiques octroyées aux associations qui ont fait de ces poursuites un vrai business.

En 2005 déjà, des historiens respectables ont lancé la pétition «Liberté pour l'histoire». Un historien renommé, Olivier Pétré-Grenouilleau, avait alors été poursuivi en justice par le « collectif des Antillais, Guyanais et Réunionnais » pour son travail comparatif sur l’esclavage. Limiter la liberté d’expression n’est pas seulement un enjeu scientifique, mais aussi social.

Chaque communauté a mis en avant les souffrances de ses ancêtres pour justifier de nouvelles lois mémorielles, instaurant une échelle Richter de la souffrance. La réponse électoraliste de la classe politique qui a mis en place nos lois mémorielles porte atteinte chaque jour un peu plus à la cohésion sociale en donnant une chair juridique à la notion de communautarisme ethnico-religieux. Elle dresse les communautés les unes contre les autres par une judiciarisation de leurs rapports suivant des critères électoralistes et arbitraires. Pour contribuer à stopper ce mécanisme dévastateur, nous demandons aussi la fin de toute subvention aux associations qui en vivent. Loin de faire reculer les clivages intercommunautaires et la xénophobie, ces associations ont porté gravement atteinte aux valeurs de tolérance et d’ouverture de notre pays.