26 Mai 2015

Le grand pari libéral

Aurélien Véron, 46 ans, président du Parti libéral démocrate et membre du bureau de Réforme et Modernité, association présidée par le député UMP Hervé Mariton, présentera des listes aux élections régionales «dans six ou sept grandes régions», dont l'Île-de-France, où il sera tête de liste, ou encore Champagne-Ardenne-Alsace-Lorraine. «Il y a un centre libéral à construire», affirme ce trésorier de banque, qui veut instaurer dans la région capitale «la démocratie en continu», en clair, un vote annuel des électeurs franciliens avant toute hausse d'impôts et accroissement des déficits. Il veut aussi «ouvrir à la concurrence tous les services publics» et proposer une offre «plus étoffée» en matière de transports.

Le président du Parti libéral démocrate (créé en 2008) affirme avoir obtenu «une cinquantaine d'élus» lors des municipales de 2014, mais reconnaît n'en avoir eu aucun lors des départementales de 2015. Pour lui, «le centre s'est vidé de ses idées, de son idéal» et l'UMP s'est «trop droitisée». «Voter pour la loi sur le renseignement et contre la loi Macron, ce n'est pas ma droite», explique-t-il. Il rejette «la droite d'oppression et de contrôle», et met en avant les valeurs de liberté, d'égalité des chances et de fraternité, persuadé que son discours a «un écho populaire». Très critique à l'égard de l'État Providence, il considère que «la mondialisation est un défi, pas une menace».

Le Parti libéral démocrate a brièvement fait partie de l'UDI de janvier 2013 à début 2014. Aurélien Véron entend s'adresser aux 53 % d'électeurs franciliens qui se sont abstenus en 2010.

Source Le Figaro