15 Mars 2013

Les propositions du PLD pour sauver le système des retraites

Le président de la République veut réformer les retraites. Les premières annonces manquent singulièrement d'originalité et d'ambition. L'habituelle baisse des pensions accompagnée d'une hausse des cotisations et de l’âge de départ autoritairement fixé par l’état repousserait de quelques années la faillite annoncée de la répartition actuelle, sans en corriger les injustices. Le PLD propose de sauver financièrement les retraites des assurés en leur offrant un plus grand contrôle sur celles-ci.

Nous demandons préalablement la fusion des dizaines de régimes en un système unique, du petit salarié au président de la République, du fonctionnaire au salarié du secteur public. Cette unification instaurerait une transparence équitable et responsabilisante pour tous.



Le PLD propose l'instauration sur deux ans d'une retraite de base à deux piliers égaux. La retraite par répartition “à points” et à “cotisations fixes”, expérimentée avec succès par les pays scandinaves, et par construction impossible à mettre en déficit, pourrait être mise en oeuvre immédiatement. Chaque cotisant accumulerait des points tout au long de sa carrière, et pourrait ainsi choisir quand prendre sa retraite et convertir les points accumulés en pension. Partir plus tard se traduirait donc par une pension supérieure. L’évolution démographique générale ne permettrait toutefois pas à ce seul pilier de garantir des pensions de haut niveau. Il ne pourrait donc exister seul.



C'est pourquoi nous demandons que chaque cotisant puisse s'il le souhaite constituer une épargne retraite individuelle, sans mainmise des organisations syndicales ou patronales. Ce second pilier de la retraite serait déductible du revenu imposable au même titre que le premier. Il serait ouvert à tous les placements directs (actions, obligations, immobilier, terres et forêts...), et placé dans un support unique résultant de la fusion des produits d’épargne réglementée actuels, comme le PEA, l’assurance­ vie, et les confidentiels fonds de pension “PERP” et “PERCO”. Ils permettraient une sortie en rente ou en capital. Un tel pilier aurait une influence très positive sur l’économie, en permettant aux entreprises de trouver des fonds nécessaires à leur développement.



Ce type de réforme fait l’objet d’un large consensus entre économistes, spécialistes des affaires sociales, et personnalités politiques de premier rang habituellement opposées. Le PLD souhaite vivement que le gouvernement ait le courage de passer par dessus tous les conservatismes d’un autre âge pour engager une telle réforme de bon sens.