21 Avril 2017

Petit guide de survie en cas d'élection de Jean-Luc Mélenchon

Nous sommes le 7 mai au soir. Le nouveau président s’appelle Jean-Luc Mélenchon. Le changement, c’est vraiment maintenant. Celui qui a tant effrayé les marchés financiers malgré ses propres dénégations est enfin au pouvoir. Pour vous, les choses sérieuses ne font que commencer

Tribune d'Aurélien Véron parue dans atlantico le 21 avril 2017

Ce pouvoir qui l’attire tant depuis si longtemps, au mépris des partis qui l’ont aidé, des gêneurs, mais grâce à l’argent public coulant à flot facilement dépensé ; pour la bonne cause, il n’y a aucune limite. La rupture promet d’être rude mais salvatrice. Place à la générosité, à l’intérêt général, au peuple, terminés la honte de l’individualisme et le méprisable esprit d’entreprise. Comment adapter nos habitudes, notre quotidien, notre façon de penser et de nous exprimer aux grands changements à venir ? Un petit effort va être nécessaire. Vous vous y ferez vite, vous verrez.

Les comportements petit-bourgeois, égoïstes et consuméristes, sont dorénavant à proscrire. Faites un travail sur vous-même, il va falloir penser collectif… enfin collectiviste. Si vous êtes locataire, vous pouvez cesser de verser sa rente à votre usurier de propriétaire et entamer une procédure de remise en commun de cet espace habitable qui a été scandaleusement approprié et exploité par un rentier sur le dos des petites gens, c’est à dire vous. Si vous êtes propriétaire au contraire, anticipez. Logez des amis ou de la famille dans le salon, la salle à manger et l’éventuel bureau libre avant que ces espaces ne soient occupés par des familles choisies arbitrairement. Vous avez une voiture ? Commencez à la prêter aux voisins pour amorcer la mise en commun de ce type de bien polluant et individualiste. Vous n’en aurez de toute façon plus besoin avec la fermeture des frontières. Ne prenez plus que les transports en commun et, surtout, faites-le savoir.

C’est le moment d’adorer l’égalité… enfin l’égalitarisme. Alors plus que jamais, montrez-le. Offrez rapidement vos habits de marque à Emmaüs. Refaites-vous une garde robe dans les friperies. Ne conservez rien qui puisse renvoyer une image de nanti que vous auriez pu être. La décoration de votre intérieur doit aussi révéler votre conscience politique, c’est important. Un ou deux portraits encadrés de Mélenchon en pleine inspiration sont un bon début. Un peu de Chavez, de Castro sur les murs ne peuvent pas vous desservir. Une œuvre ou deux d’Ernest Pignon-Ernest renforceront le côté art officiel à votre demeure. Vos deux seuls luxes encore autorisés, les Rolex et les cigares. Les idoles de nos humanistes au pouvoir en raffolent.

Pour une vraie harmonie sociale, vous allez devoir soigner vos déviances. Enterrez vite vos ouvrages de Hayek, Raymond Aron et Gaspard Koenig au fond du jardin si vous en avez un, ou bien brulez-les en secret. Ils pourraient vous coûter votre carrière et quelques années au travail dans les champs. Achetez vite plusieurs exemplaires de « L’avenir en commun » tant qu’il en reste en stock pour les offrir autour de vous, en le faisant savoir, en plus de celui que vous garderez précieusement sur votre table de nuit. Essentiel ! A mettre bien en vue : De la vertuL’ère du peuple et Le hareng de Bismarck.  Ajoutez les œuvres de Robespierre, Hugo Chavez ou la force des mots : deux discours pour gouverner de Maria Binetti, le fameux Piketty, et puis l’intégrale de Zola. Bonus pour les initiés, Le guide citoyen de la 6e République par Raquel Garrido.

Le temps de la rééducation sociale et culturelle approche, le prix d’une intelligence collective entièrement au service de la communauté. Abonnements à l’Humanité et à Alternatives Economiques obligatoires pour être dans l’air du temps, à laisser trainer dans l’entrée. A côté de la télévision, le Best Of des discours de Castro en 50 DVD, les films de Costa-Gavras, des frères Dardenne et, bien entendu, de Robert Guédiguian. Pour la touche étrangère, Michael Moore. A la cuisine, quinoa et café équitable. Un détail, si vous avez un souvenir du Tibet ou un objet évoquant le Dalaï-lama, cachez-le bien. Le nouveau guide suprême déteste ce « curé de secte ». Et puis mettez en boucle Jacques Higelin ou Bernard Lavilliers. Ca vous semble impossible, vous n’avez pas tort. Mais vous vous y habituerez avec les années. Et les jours de fête, balancez « El Commandante » à fond fenêtres ouvertes, vous remonterez dans le classement citoyen. 

Reste encore un effort à faire, vous débarrasser de vos vieux réflexes capitalistes bourgeois. Vous ne devez plus douter que que l’extrême-marché, aussi dangereux que l’extrême-droite, « transforme la souffrance, l’abandon et la misère en or, en argent » (commencez à apprendre des citations du Lider Maximo, ce sera toujours utile pour vous dépêtrer de situations tendues). Votre assurance-vie ne vous sera pas d’une grande utilité une fois saisie pour être investie de force dans les obligations perpétuelles et solidaires de la république Populaire de France. Vendez et convertissez tout ce que vous pouvez en liquide ou encore plus prudemment en objets utiles pour le troc et le marché noir qui ne tarderont pas à prospérer. Commencez à stocker des denrées de longue conservation, mais en toute discrétion pour ne pas attirer l’attention de vos voisins. N’oubliez pas les bougies, bien utiles après la sortie brutale du nucléaire, et de bonnes chaussures pour les longues queues qui s’annoncent.

L’ère qui s’ouvre repose sur de nouvelles solidarités - les travaux collectifs « volontaires » - mais aussi la délation civique déjà mise à la mode par nos administrations. Chaque camarade citoyen sera un lanceur d’alerte. Un par immeuble. Il surveillera les comportements asociaux, inciviques et gagnera du galon au volume des dénonciations. Vous aussi, soyez en avance sur votre temps, notez dès à présent les noms de tous ceux qui cachent de l’essence, de la nourriture, de l’or, qui font du marché noir ou, pire, qui écoutent encore en cachette Michel Sardou… ou le social-traître Renaud depuis qu’il a soutenu successivement Fillon et Macron. Vos voisins, très bien. Votre famille, encore mieux. L’ampleur du sacrifice révèlera la valeur que vous attribuez au civisme d’Etat et à la construction d’un monde nouveau. Le monde des cents prochaines années au service du peuple.