26 Novembre 2014

Refusons la rente syndicale

Les syndicats « officiels » patronaux et syndycaux vont bénéficier d’une double manne automatique à partir de 2015 et devenir les rentiers de la République. L’une sera versée par le gouvernement à l'heure des restrictions budgétaires et des économies tous azimuts. L’autre alourdira le coût du travail par une nouvelle charge sociale spécifique alors que le coût du travail est déjà l’une des causes du chômage de masse. Le PLD dénonce cette fonctionnarisation des syndicats qui contrevient même aux principes fondamentaux de démocratie sociale telle qu'elle est pratiquée en Europe du Nord.

L’opacité des financements syndicaux a longtemps été dénoncée. Le rapport signé par le député Nicolas Perruchot dévoilant ces scandales a été interdit de publication à sa sortie en 2011. Au lieu de faire le ménage dans ces pratiques douteuses, le gouvernement les assume et entérine leurs pratiques. Il renforce leur pouvoir en pérennisant leurs ressources sur le dos des contribuables et des salariés. Les syndicats ne représentent pourtant plus grand monde, sinon l’esprit de blocage systématique des réformes et des baisses de dépenses publiques. Ces décisions sont un très mauvais signal pour l’avenir des assurances sociales publiques (santé, chômage, vieillesse) qui s’apparentent de plus en plus à un système de spoliation massive des salariés. La dictature des privilèges remonte en flèche dans une France asséchée.