Enseignement

De la qualité de l’éducation donnée à nos enfants dépend leur capacité à maintenir un niveau de vie de qualité demain. La créativité, la culture individuelle et la capacité de résoudre des problèmes de plus en plus complexes ont toujours été la clé de la prospérité. Or l'instruction publique ou sous contrat part à vau-l’eau à force d'appliquer des recettes qui échouent.

Nous rendrons la liberté aux professeurs et aux parents en distribuant le budget de l’éducation sous forme de chèque éducation. Tous les pays qui comme la Suède ont adopté ce type de réformes, ont vu leurs scores aux tests internationaux augmenter. Les écoles et les universités, à but lucratif ou associatives, auront toute liberté de choisir leurs méthodes de transmission des savoirs, offrant aux parents un véritable choix, et permettant aux meilleures expériences de se diffuser largement.

Les autres articles

04 Janvier 2017

Make France Free Again… in 2017 !

L'un des principaux problème de la France reste son manque de liberté, d'une manière générale. La libéralisation de notre vie politique, de notre modèle social, de notre économie, sont des conséquences essentielles au bonheur de tous.

Article d'Aurélien Véron paru dans atlantico le 29 décembre 2016

29 Décembre 2016

Quel avenir pour l'Education nationale en 2017 ?

On ne peut qu’être d’accord avec la priorité identifiée par François Fillon : FAIRE . Que de temps perdu ! Et l’ancien ministre de l’Éducation nationale est bien placé pour en juger. Pour comprendre ce qui sous-tend le projet Éducation de François Fillon, il est indispensable de tenir compte de son expérience passée.

Article de Nelly Guet, consultante en éducation et membre du Parti libéral démocrate européen (ALDE), paru dans les Echos le 19 décembre 2016

20 Mai 2015

Débureaucratisons l'éducation, vite !

Le Parti Libéral Démocrate condamne la promulgation autoritaire par décret, de la réforme des collèges de Madame Vallaud Belkacem. Les éléments intéressants du texte sont le petit pas vers l’autonomie, l'amélioration de la coopération entre les différents acteurs de la région et la nouvelle définition du métier d'enseignant. Mais ils sont très insuffisants, et s’accompagnent de mesures désastreuses, en particulier pour les langues. La succession ininterrompue de bricolages sans cap affaiblit l’école, comme l’attestent les derniers tests comparatifs internationaux. Ils indiquent la poursuite de la chute du niveau des élèves de classe de troisième, dont 20% ne savent pas résoudre des problèmes de niveau... CM2 !

27 Avril 2015

Prime à la mauvaise gestion dans l'Université

Le Parti Libéral Démocrate condamne la confiscation par le gouvernement de l’argent des universités et des grandes écoles publiques les mieux gérées dans les budgets 2015. Cent millions d’euros arbitrairement prélevés iront aux plus mal administrées. Ce « mécanisme de solidarité » punit les acteurs rigoureux et performants de notre enseignement supérieur, et récompense les cancres. C’est un signe supplémentaire d’irresponsabilité de la part d’un gouvernement incapable de réduire son propre train de vie, et qui ne sait que répartir la pénurie.

31 Mars 2015

A l'école, la laïcité ne peut se transmettre que si les élèves ont un vécu commun

Il était déjà désespérant, pour de nombreux chefs d'établissement scolaire chevronnés, d'entendre le président de la République proposer comme remède nouveau aux maux de l'école et au manque d'autorité des maîtres, la nécessité pour un professeur de faire remonter tout incident auprès du chef d'établissement afin qu'il soit sanctionné. Même chose quand la ministre de l'Education nationale annonce des cours destinés à énoncer les valeurs républicaines. Il est encore plus consternant de lire dans les médias, depuis leurs déclarations, combien les Français sont attachés à leurs traditions dans le domaine scolaire. 
20 Juin 2013

Supprimons le bac !

Georges Pompidou s’interrogeait déjà sur l’utilité du Baccalauréat en 1970. Cet examen ne permet pas de décrocher un emploi. Il n’est plus reconnu par les prépas qui recrutent sur dossier. Il paralyse la vie de l’enseignement secondaire pendant presqu’un mois. Ses résultats sont régulièrement contestés à cause de la manipulation des notes. Bref, cet examen « voiture-balais » n’est plus qu’un rite initiatique.

23 Mai 2013

L’autonomie scolaire contre l’échec de l’Education Nationale

La Cour des comptes pointe la « mauvaise organisation » du système éducatif français. Quasiment 63 milliards d’euros sont engloutis chaque année dans une bureaucratie scolaire pléthorique. Le fonctionnement technocratique et centralisé de l’Education Nationale bloque toute évolution. Il engendre une baisse dangereuse du niveau d’enseignement et une crise des vocations dans le secteur éducatif. La réponse existe déjà. L’Ifrap a montré en 2011 qu’un élève dans une école publique coûte 30 à 40% plus cher que dans une école privée sous contrat, sans que les enseignants y soient mieux rémunérés. Et pourtant, les résultats du secteur privé surpassent dans tous les classements ceux du public à origine sociale comparable.

01 Février 2013

Enseignement Supérieur en danger

Le PLD s’inquiète du projet de réforme de l’enseignement supérieur. La ministre Geneviève Fioraso prend la direction opposée à la voie empruntée par la mandature précédente. L’autonomie des établissements avait ouvert la porte à une compétition intelligente dans les domaines du savoir. Nous voyons poindre la menace d’un retour du dirigisme étatique qui a prouvé son incompatibilité avec un enseignement supérieur de qualité. Nous appelons également à introduire une sélection positive à l'entrée des Universités publiques françaises, comme le recommande le dernier rapport de l'OCDE sur la France.

20 Août 2012

Les établissements français ne peuvent plus ignorer le classement de Shanghai !

Le classement de Shanghai 2012 a été publé la semaine du 15 août. Personne n’a repris l’information dans la torpeur estivale. Ce flop a épargné notre amour propre déjà bien amoché par notre rang aux Jeux Olympiques de Londres. La ministre de l’Enseignement supérieur a déclaré n’être guère préoccupée par ce classement, jugeant que l’analyse ne s’est pas suffisamment adaptée à nos spécificités. L’explication est un peu courte pour nos 2,3 millions d’étudiants qui vont devoir affronter une compétition de plus en plus globalisée à la fin de leurs études.

22 Mars 2012

Pour le pluralisme scolaire

Pour résoudre les difficultés de notre système scolaire, il faut accepter de modifier l’organisation de l’Education nationale. Le système de l’administration géante qui impose le même fonctionnement, les mêmes programmes et les mêmes méthodes à toutes les écoles, sans qu’elles puissent s’adapter aux besoins et aux aptitudes de leurs élèves, n’est plus adapté à notre temps. En s’appuyant sur des expériences étrangères réussies, cette étude propose un nouveau principe : que la collectivité finance l’enseignement, mais que la prestation  l’enseignement soit assurée par des écoles indépendantes, librement créées et gérées, capables d’innover et de faire jouer l’émulation.

30 Août 2011

Enseignement : le prix de la liberté

L'autonomie partielle va discrètement être expérimentée dans les ZEP avec l'opération Eclair : écoles, collèges et lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite. Malgré cette avancée, la route est encore longue avant d'inverser le déclin de notre enseignement constaté par les enquêtes successives Pisa. On peut se demander combien cette réforme pèserait sur les finances publiques.

03 Juillet 2011

L’enseignement n’a pas de prix, mais il a un coût; surtout dans le public

L’école publique coûte 55 % plus cher au contribuable que l’école privée pour chaque élève : 5.470 € contre 3.500 €. L’enseignement privé offre donc non seulement une vraie liberté éducative aux parents, mais aussi un rapport qualité/prix imbattable. Nous proposons « d’investir dans l’avenir » tout en réalisant des économies budgétaires, en alignant le mode de fonctionnement du secteur public sur le secteur privé, objectivement plus performant. Le budget consacré par l’État à l’enseignement sera le même pour chaque élève, partout en France, indépendamment de la catégorie d’établissement, privé ou public : Ainsi, toutes les familles auront un vrai choix et les établissements les moins performants seront incités à s’améliorer.

19 Décembre 2010

Réformons notre système éducatif : autonomie et chèque éducation

L’étude PISA a baissé une fois de plus la note du système éducatif français. L’augmentation du nombre d’élèves en difficulté confirme son inefficacité. Malgré un budget par élève parmi les plus importants d’Europe, l’Education Nationale n’est capable ni de tirer avantage de la qualité d’enseignants qui se sentent abandonnés, ni de répondre aux attentes des familles. Derrière l’empilement incohérent de réformes techniques au fil des gouvernements de droite comme de gauche, l’école française ne fonctionne plus. Seule une petite élite, coachée par des parents avertis, parvient à sortir la tête de l’eau.

20 Novembre 2010

Retraites : les étudiants entrent dans la danse

VOILA LES RENFORTS dont les syndicats avaient besoin et que l'exécutif redoutait.  Après plusieurs mois d'atonie et de silence, les étudiants (et les lycéens) ont décidé de se lancer eux-aussi dans la bataille contre la réforme des retraites. Comme en 2006 où ils avaient fini par obtenir la peau du Contrat première embauche (CPE), ils savent que leur engagement peut être décisif. Leur capacité de mobilisation - plusieurs centaines de milliers de jeunes tout de même - est on ne peut plus importante. Et surtout leur résistance, sans limite. D'où les craintes légitimes du gouvernement de les voir entrer maintenant dans la danse, au moment où le projet de loi va commencer à être examiné au Sénat...

14 Janvier 2010

Une véritable réforme de l’enseignement est possible

Les syndicats et la gauche ont choisi l’annonce de la « suppression » des heures d’enseignement d’histoire en terminale pour faire monter la pression contre la réforme du lycée. D’autres aspects du projet de Luc Chatel auraient pu servir de prétexte à cette grogne presque rituelle, comme par exemple la réduction du volume horaire de cours. Justifiées ou non, ces protestations visent surtout une tradition néfaste : chaque ministre cherche à imprimer sa marque à l’Education Nationale par des mesures qui, à défaut de correspondre à une vision claire, perturbent de manière chaotique le travail des enseignants et la vie des établissements scolaires. Quitte à réformer et à déclencher les critiques, il aurait clairement été préférable de proposer un projet beaucoup plus ambitieux et cohérent. La réforme estampillée "Luc Chatel", comme toutes les précédentes, n'est encore une fois qu'une série de retouches qui ne guériront pas une Education Nationale malade de son immobilisme.e. Les libéraux écrivent une lettre à la victime présumée.

15 Janvier 2010

Les réformes oubliées pour l’égalité des chances

Yazid Sabeg a lancé un manifeste pour « les oubliés de l’égalité des chances ». Cette excellente initiative vise des problèmes bien réels. Les descendants de l’immigration subissent un concentré des problèmes rencontrés par le reste du pays. Néanmoins, ses propositions ne sont pas innovantes et ont déjà prouvé leur inefficacité. Les solutions envisagées doivent traiter le mal, pas les symptômes. L’égalité des chances ne se décrète pas, pas plus qu’elle ne s’impose par des mesures arbitraires. Au Parti Libéral Démocrate, nous proposons de commencer par désenclaver les cités en libéralisant les transports en commun. Nous recommandons ensuite de réformer en profond eur les deux piliers de la promotion sociale que sont l’école et l’entreprise. C’est là que la spirale de l’échec peut être vaincue.

17 Avril 2010

Campus bloqués = étudiants pris en otage

Le Parti Libéral Démocrate dénonce le scandale des blocages d’université et propose la fermeture temporaire, voire dfinitive, des campus régulièrement bloqués ou qui ne peuvent plus servir à leur vocation première. Ce rituel orchestré par la gauche et l’extrême-gauche oppose la violence à la légitimité démocratique pour bloquer toute tentative de réforme de l’enseignement supérieur. Si ces exactions sont coûteuses pour les contribuables qui financent l’université, ses principales victimes sont les étudiants eux-mêmes. Année gâchée, diplôme au rabais et coût financier pour rattraper tout ce temps perdu. Nous rappelons que la réforme de Valérie Pecresse va dans le bon sens. Nous souhaitons d’ailleurs que l’autonomie des universités et l’émulation entre campus aillent au bout de leur logique.