L'Europe des libertés

La construction européenne a permis de bâtir un véritable espace de collaboration entre des peuples déchirés par des guerres séculaires. Cet acquis doit être préservé. Nous estimons cependant que ce développement a pris un tour menaçant depuis les années 1990. Du traité de Maastricht à celui de Lisbonne une structure bureaucratique impose un agenda en se passant des expressions démocratiques nationales. Notre diagnostic établit qu'en l'absence de corps politique cohérent en Europe, il est vain d'espérer susciter un consentement pour une organisation politique supranationale.

Fidèles à l’esprit originel de la construction européenne et à la tradition humaniste, nous œuvrerons pour la paix en favorisant les coopérations volontaires entre tous les habitants de notre continent, approfondissant les libertés d'échanger et de s'installer. Nous transformerons l’Union européenne bureaucratique en Europe des libertés, respectueuse des choix locaux et nationaux des citoyens. Tout pays de l’aire géographique européenne qui respecte les valeurs humanistes peut prétendre intégrer cet espace.

Les autres articles

20 Janvier 2017

“L’Union européenne n’est plus que le véhicule de l’Allemagne” : pourquoi la déclaration choc de Donald Trump devrait sérieusement nous faire envisager un rapprochement franco-britannique

A quelques jours de sa prise officielle de fonction comme 45e président des États, Donald Trump a lancé un pavé dans la mare en estimant que "l'Union européenne n’est plus que le véhicule de l’Allemagne”. Cette déclaration du futur locataire de la Maison Blanche oblige à repenser les alliances stratégique de l'UE.

Interview d'Aurélien Véron paru dans atlantico le 17 janvier 2017

12 Septembre 2016

Le Tigre celtique et la pomme de la discorde

En sommant Apple de verser 13 milliards d'euros à l'Irlande suite aux conditions fiscales très avantageuses dont le géant américain a bénéficié sur le sol irlandais, la Commission européenne envoie un signal bien négatif aux grandes entreprises mondiales. En Europe et surtout en France, l'impôt sur les sociétés est contre-productif.

Par Aurélien Véron, article paru dans atlantico le 8 septembre 2016

25 Juillet 2016

La BCE devra rendre des comptes aux Européens

« Officiellement, l’objectif de la création monétaire artificielle consiste à stimuler l’inflation. Officieusement, elle favorise la poursuite des déficits budgétaires pour préserver la paix sociale à n’importe quel prix dans les pays de la zone euro. »

Par Aurélien Véron, président du Parti libéral démocrate et Sébastien Laye, entrepreneur dans les services financiers et chercheur associé à l’institut Thomas-More. Tribune parue dans l'opinion le 25 juillet 2016

29 Juin 2016

La meilleure arme contre la montée du populisme, c'est le recours systématique au référendum

Quelques jours après l’uppercut inattendu venu d’Outre-Manche, le continent européen est toujours KO par Brexit. Le jour du referendum, Bernard Henri-Lévy avait twitté "Défaite probable du Brexit. Déroute, donc, des souverainistes, des xénophobes, des racistes." Quelques heures plus tard, les scores révélaient l’existence de plus de 17 millions électeurs "xénophobes et racistes" au Royaume Uni. Bernard Henri-Lévy va-t-il recommander de les bombarder ? Cette condescendance largement partagée par les élites confirme leur divorce en cours avec la masse des électeurs, et pas seulement britanniques.

24 Juin 2016

Brexit, cruelle leçon de démocratie

L’Union Européenne souffre aujourd’hui d’avoir perdu l’un de ses principaux piliers. Pilier économique et militaire mais aussi référent pour la défense de nos libertés. L’Union européenne paye son élargissement non concerté, des traités imposés malgré le rejet des citoyens sollicités et, enfin, son acharnement réglementaire et sa quête d’harmonisation. La France et son modèle social financé à crédit portent une part de responsabilité dans cette débâcle. Nous inquiétons nos partenaires en nous enfermant dans la crise et en refusant les mutations en cours. L’Union européenne telle que nous l’avons connue est morte.

15 Juillet 2015

L’Europe fait fausse route avec la Grèce

Le Parti Libéral Démocrate dénonce le programme d’aide à la Grèce, ruineux et immoral vis-à-vis des autres pays européens. L’Europe a cru sauver son avenir en conservant à n’importe quel prix la Grèce en son sein. Elle a amorcé une spirale qui pourrait l’emmener à la faillite morale et, peut-être un jour, financière. Le referendum grec a rejeté le programme européen d’aide de 15,5 milliards d’euros, l’Eurogroupe est revenu avec un plan de 82 à 86 milliards. Le pays qui a menti pour entrer dans l’euro, triché pour y rester, et exercé un chantage pour ne pas en sortir a été bien mieux récompensé que tous ceux qui ont suivi les règles. La prise d’otage de la zone euro a payé, c’est le message envoyé aux pays comme l’Irlande ou le Portugal qui font des efforts drastiques pour réformer leur économie et rembourser – parfois de manière anticipée – leurs créanciers honnêtement.

17 Avril 2015

La Grèce a le choix entre traitement de choc ou sortie de l'euro

Il y a peu de chance que la Grèce rembourse sa dette. Les différents gouvernements n'ont pas appliqué, comme en Irlande, la politique qui aurait pu permettre de renouer avec une croissance durable. Pire, celui d'Alexis Tsipras a engagé un bras de fer dangereux avec Berlin et Bruxelles qui ne peut qu'aggraver la situation de la république hellénique.

20 Juin 2014

France-Allemagne un couple qui ne se comprend plus

L'idée que le couple France-Allemagne est le coeur de l'Europe est une conviction profonde des élites de part et d'autre du Rhin. Au-delà des postures et des images (« couple », « moteur » et, depuis peu, « grande zone économique » franco-allemande »), il n'est pas inutile, si l'on souhaite surmonter la crise européenne, d'accepter de regarder ce vieux couple avec objectivité. Or, à mieux le considérer, il faut reconnaître que ce couple ne se comprend plus. La raison en est simple : la France et Allemagne parlent des langues différentes. En fait de doctrine économique partagée, ce sont les fractures idéologiques qui l'emportent.

19 Mai 2014

Préservons nos Armées et construisons la Défense européenne

Le gouvernement prévoit de couper le budget de la Défense Nationale de 1,5 à 2 milliards, soit 5 a 7% de son budget annuel. Le PLD encourage la baisse des dépenses publiques, à condition que les fonctions régaliennes soient préservées. La protection des Français et de leurs biens, sur le territoire national comme partout dans le monde, constitue la mission première de l'Etat. Ce n'est pas sur ce périmètre que l'Etat doit diminuer. Nous nous opposons par conséquent à ce coup de rabot pour le bouclage budgétaire. Cette vision à court terme promet d'aggraver les problèmes endémiques de nos armées dont la vétusté des matériels (et retard de livraison des nouveaux produits) est déjà indigne d'une puissance européenne.

15 Mai 2014

Montebourg ou la destruction par la préférence nationale

Photo  AFP

Selon les termes du décret "patriotisme économique", le Ministre de l'Economie pourra bloquer les acquisitions d'entreprises françaises par des entreprises étrangères dans des secteurs jugés "stratégiques", on ne sait pourquoi. C'est à la fois une grave atteinte au droit de propriété et une entorse grave aux traités fondateurs de la construction européenne, aux principes de libre circulation des biens et des capitaux, ainsi qu'à celui de la libre concurrence entre entreprises. En un seul décret promulgué à la sauvette, Arnaud Montebourg peut se vanter d'avoir abattu quelques fondations législatives majeures. Nous refusons cette dérive vénézuélienne du pays.

09 Mai 2014

Pour une Europe des libertés

Le 25 mai se tiendront en France les élections européennes. Le Parti Libéral Démocrate ne présentera pas de listes à ce scrutin peu couvert par les médias et promis à une très forte abstention. Nous vous présentons néanmoins notre vision de l'Europe, et vous encourageons à nous rejoindre si vous souhaitez donner de la force à notre discours.

10 Novembre 2013

Convention Nationale sur l'Europe : "si on revenait au principe de subsidiarité?"

Bruno Lemaire lors d'un discours avec au fond un drapeau européen et un drapeau français

A six mois des élections européennes, la convention nationale sur l'Europe du Parti Libéral Démocrate se tiendra le mercredi 4 décembre prochain à partir de 17h à la Maison des Centraliens (Paris 8ème). Un plateau relevé d'invités reconnus pour leur compétence en matière d'affaires européennes sera convié à débattre autour de la question suivante : "Europe : et si on revenait au principe de subsidiarité?". 

Bruno Le Maire, invité d'honneur, clôturera la convention. Outre celui-ci, Christian Saint-Etienne, Jean-Louis Bourlanges, Dr Markus Kerber, Derk Jan Eppink et Gaspard Koenig nous feront part de leur point de vue et échangeront avec la salle.

30 Mai 2013

Débat le 15 juin : sortons de la "faustérité" pour éviter la faillite

La Commission européenne a publiquement mis le gouvernement français sous pression. Le clientélisme et l’électoralisme ont conduit notre pays à devenir le maillon faible de l’Europe. En plus d'un isolement de plus en plus marqué par ses propositions dépensières et protectionnistes, aucune des réformes jugées nécessaires par nos partenaires n'a été engagée. Les Français le payent au prix fort avec la multiplication des faillites de PME, un taux de chômage élevé et une confiance en berne. Ce n'est certes pas à la Commission de dicter ce que la France doit faire. Mais c'est au gouvernement d'avoir le courage d'affronter la réalité et d'engager les réformes de structure et le recentrage de l'Etat sur ses missions régaliennes.

28 Mai 2013

Affrontons la Chine sur la qualité, pas sur la muraille

La Commission Européenne projette d’imposer 47% de droits de douane aux panneaux solaires chinois à partir du 6 juin. La majorité des pays membres, et notamment les Allemands, ont heureusement remis en cause cette fausse bonne idée. Les motifs de cette mesure protectionniste sont idéologiques et certainement pas économiques. L'histoire nous apprend qu'ériger des barrières n’a jamais conduit à la prospérité économique. Cela a surtout freiné les échanges au détriment de nos consommateurs et de nos entreprises, et enclenché des guerres protectionnistes nuisibles à tous. Les mesures de rétorsion peuvent vite coûter cher à nos exportateurs déjà fragilisés par les charges que la France fait peser sur leurs épaules.

19 Mai 2013

Monsieur le Président, encore une occasion perdue

La deuxième conférence de presse du Président de la République s'est  résumée à des incantations encore bien floues sur le plan national, et à la promotion d’une Europe bureaucratique calquée sur le modèle français. L’indécision et le manque de vision de François Hollande nous inquiètent d’autant plus que le Premier ministre s’avère incapable de s’imposer à ses ministres et de porter une politique de réformes franches et cohérentes. Le seul point positif fut l’annonce que l’absence de réponse de l’administration à toute requête dans les 2 mois vaudrait accord: c'est maigre.

08 Avril 2013

Disparition d'une heroïne de la liberté

Margaret Thatcher nous a quittés à l'âge de 87 ans. Premier Ministre du Royaume Uni, elle a transformé son pays en le sortant de la tutelle du FMI, contribué à faire tomber le communisme en Europe de l'Est, et fait avancer les valeurs de liberté dans le monde. Personnalité entière et clivante, elle est parvenue à emporter l'admiration de ses opposants. 

 

20 Mars 2013

Non à la spoliation des épargnants chypriotes

Le PLD s'insurge contre le plan de sauvetage des banques chypriotes qui s'apparente à un véritable holdup. Les déposants censés être protégés en priorité perdront tous 6,75% de leurs comptes bancaires jusqu’à 100.000 €, puis 9,9% au-delà, en échanges d'actions de banques ne valant rien.  En violant le principe de sa propre directive (n°94/19) sur la garantie des dépôts bancaires inférieurs à ce montant, l'Union européenne trahit ses valeurs fondatrices et fait rentrer l'Europe dans une dangereuse zone de non-droit. Ce coup de force promet de contaminer les autres pays en difficulté.

18 Mars 2013

Non à la spoliation des épargnants chypriotes

L'UE envisage rien de moins que la spoliation organisée de ses citoyens

Le PLD s'insurge contre le plan de sauvetage des banques chypriotes qui s'apparente à un véritable holdup. Les déposants censés être protégés en priorité perdront tous 6,75% de leurs comptes bancaires jusqu’à 100.000 €, puis 9,9% au-delà, en échanges d'actions de banques ne valant rien.  En violant le principe de sa propre directive (n°94/19) sur la garantie des dépôts bancaires inférieurs à ce montant, l'Union européenne trahit ses valeurs fondatrices et fait rentrer l'Europe dans une dangereuse zone de non-droit. Ce coup de force promet de contaminer les autres pays en difficulté.

08 Février 2013

Une Europe des libertés, pas de la dépense publique

Siège de l'UE à Bruxelles

Le PLD soutient le nouveau budget de l’Union Européenne (960 milliards d'€), inférieur de 33 milliards au budget précédent. Cette baisse historique, hélas limitée (-3%), va dans le bon sens. L’UE retrouvera sa dynamique dans la défense intransigeante des libertés individuelles et d'une économie de marché au service de tous.

24 Janvier 2013

L’Europe maltraitée de l’Elysée ?

Hollande et Merkel regardant dans deux directions différentes

1963 : De Gaulle et Adenauer signent le traité de l’Elysée.

2013 : La Bundesbank retire tout son or stocké à la Banque de France.

Est-ce ainsi que l’ami allemand montre sa confiance à la France ? Entre Hollande et Merkel, l’anniversaire risque d’être glacial. Que l’Allemagne ait choisi de gifler son amie de 50 ans précisément dans le domaine monétaire devrait alerter les Français : les incompréhensions atteignent un niveau alarmant.

23 Janvier 2013

L'Europe maltraitée par l'Elysée

A l'occasion des 50 ans du traité d'amitié entre la France et l'Allemagne, le PLD s’attriste de la dégradation des relations entre ces deux pays. La confiance censée régner au sein du couple est à un niveau inquiétant. En deux semaines, les nuages se sont accumulés : la Bundesbank retire tout son or stocké à la Banque de France, la France est laissée quasi-seule au Mali, et le Royaume-Uni est désormais le premier client de l'Allemagne.

26 Novembre 2012

Dans l'intérêt de tous, la Grèce doit sortir de l'Euro

Les derniers prêts accordés sont épuisés, et la Grèce demande toujours davantage. Ses finances publiques ne prennent nullement la voie du redressement. Athènes est entrée dans un cercle vicieux : les hausses de taux d'imposition dépriment l'activité, font fuir les entrepreneurs, et au final réduisent les recettes fiscales. La Grèce ne s'est pas suffisamment attaquée à ses vrais problèmes : corruption, fiscalité trop élevée, administration inefficace y compris pour recouvrer les impôts.

05 Septembre 2012

L’Allemagne, maillon fort ou faible de l’euro

Jens Weidmann, président de la Bundesbank, a voulu démissionner de son mandat. Son prédécesseur avait déjà démissionné de son poste pour ne pas avoir à être solidaire de la politique menée par la BCE. Ces deux sommations annoncent-elles une rupture de l'Allemagne avec l'euro ? En montant une coalition anti-Merkel dès son élection, François Hollande n'a pas franchement calmé cette dérive.

31 Mai 2012

Le Parti Libéral Démocrate se félicite de voir mis en œuvre ses recommandations en matière de faillite bancaire par la Commission européenne

Le 6 juin les membres de l’Union européenne auront entre les mains un projet de règlementation européenne visant à organiser la faillite d’un établissement bancaire tout en évitant la panique des déposants. Il s’agit de faire porter les pertes de la faillite par les créanciers et les actionnaires, et plus par les contribuables. Les gouvernements auront le pouvoir de prendre le contrôle des banques insolvables le temps de les démanteler ou de les restructurer. Un fonds de garantie alimenté par les banques elles mêmes assurera la garantie es dépôts des épargnants.

20 Octobre 2011

Le mécanisme de stabilité financière met en péril le portefeuille des Français

Le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) contribue déjà à mettre notre notation en danger. Il engage les Français à hauteur de 142 milliards € (que nous refuserons de voir augmenter). Il est prévu que ce plan dangereux se transforme rapidement en Mécanisme Européen de Solidarité (MES), dirigé par un haut fonctionnaire européen qui n’aura de comptes à rendre à personne. Nous n’acceptons pas cette trahison des traités européens qui prend en otage les contribuables européens. Alors que le gouvernement laisse exploser notre dette sans s’attaquer à notre dépense publique indécente, il veut ajouter à la facture qu’auront à payer les Français les gabegies d’autres gouvernements européens. Ce n’est pas responsable de sa part. Le Parti Libéral Démocrate s’y oppose fermement.

04 Novembre 2010

L’accord franco-britannique de défense renforce notre indépendance militaire

Les forces de défense européennes, déjà très faibles, ne doivent pas faire les frais de la diète des budgets étatiques. Le PLD salue donc l’accord franco-anglais du mardi 2 novembre, historique, qui va permettre d’améliorer l’efficience de ce poste budgétaire, compétence-clef d’un Etat régalien, tout en préservant nos capacités militaires et notre indépendance stratégique. Par ailleurs, il nous rapproche du Royaume-Uni, un ennemi historique mais sans doute notre allié le plus fidèle depuis le XIXe siècle (nous n’avons plus été en guerre depuis 1815).

13 Juillet 2010

En Europe, pas de prospérité sans baisse de la dépense publique

La Cour des comptes vient de publier son rapport annuel sur la situation et les perspectives des finances publiques. En 2009, le gouvernement français a davantage laissé déraper les déficits publics que ses homologues européens. Ce coup dur tombe mal au moment où l'exécutif tente de rassurer les marchés par ses effets d'annonce. Surtout, nos voisins viennent d'annoncer coup sur coup des dizaines de mesures drastiques pour revenir à l'équilibre budgétaire. La réalité économique rattrape les dirigeants européens dont les marchés viennent sanctionner les années de laxisme budgétaire. Si les déficits publics engendraient de la croissance et de l'emploi, la France serait aujourd'hui le pays le plus riche d'Europe. Notre classe politique est la dernière d'Europe à s'obstiner dans ce déni de réalité.

19 Mai 2010

Appel à mobilisation pour sauver l'euro

Devant le Bundestag, Angela Merkel a déclaré l’Union Européenne en danger. En violant les principaux traités européens de concert avec les pays du sud de la zone euro, le gouvernement français est responsable de la dégradation inquiétante de ses relations avec le gouvernement allemand et la BCE. Il espère échapper aux réformes structurelles de son modèle défaillant en tablant sur l'inflation et la hausse des prélèvements obligatoires. Cette politique risque de faire exploser notre monnaie commune. Pourtant, l'Europe a souvent franchi des étapes importantes lors des crises. Nous appelons Nicolas Sarkozy à ne pas manquer cette dernière occasion historique. Il ne reste plus beaucoup de temps pour engager un plan d'urgence concerté avec l'Allemagne et ses partenaires européens plus rigoureux que la Grèce ou l’Italie.

05 Mars 2010

Grèce : aide-toi, l'Europe t'aidera

En fragilisant l'euro, la crise grecque menace onze ans de construction de notre devise commune. Dans ces difficultés, les Etats membres de l'euro doivent afficher une solidarité sans faille avec la Grèce. Sinon, la défiance des investisseurs viendrait vite saper l'euro en visant successivement l'Espagne, le Portugal et, qui sait un jour, la France. Ce contexte périlleux impose aussi de réaffirmer avec force les principes constitutifs de l'euro, notamment les critères de Maastricht. Seul un discours de grande fermeté est en mesure de rassurer les investisseurs, non seulement sur la dette grecque, mais sur l'ensemble de la zone euro.

05 Avril 2010

L'euro survivra-t-il au laxisme français ?

Nicolas Sarkozy traverse une mauvaise passe. Difficile d’avoir le moral quand on vient de subir une cuisante défaite électorale, qu’on perd le contrôle des déficits publics, et que l’entente de façade de l’Europe est en train de se fissurer. Les députés de la majorité commencent à gronder, conscients du risque que Sarkozy soit battu en 2012 et, surtout, que la gauche prenne alors leur siège. Pour les Français, la désillusion est tout aussi cruelle au terme de ses trois années de pouvoir. Brillamment élu comme réformateur de choc, celui qu’on présentait comme un grand libéral s’est révélé un petit caporal autoritaire et sans vision. Il a multiplié les réformes incohérentes et commis de graves erreurs stratégiques. Seule une catastrophe plongeant la zone euro dans la crise pourrait lui offrir l’opportunité politique d’échapper à la débâcle électorale prévisible.

10 Mars 2010

Agriculture française: changement de paradigme pour endiguer son déclin

La réussite de l’agriculture française est inversement proportionnelle à l’engouement des hommes politiques pour le salon de l’agriculture. Il faut dire que l’influence de l’agriculture française reste bien supérieure à son poids dans la population active, de seulement 3.5 %. Sa perte de compétitivité et l’érosion lente des revenus des agriculteurs illustrent son déclin, malgré un soutien public annuel proche de 30.000 euros par exploitation. Il ne faut pas chercher les causes de la crise agricole dans les marchés mondiaux, mais plutôt dans nos réglementations ; sans oublier notre niveau dramatique de prélèvements obligatoires. Comment expliquer que l’Allemagne exporte davantage que la France et se situe désormais à la quatrième place mondiale ? L’avenir de l’agriculture repose sur un changement de modèle plutôt que sur des aides et une administration étoffée.

15 Février 2010

Plus qu'un plan d’aide à la Grèce, nous avons besoin d'une thérapie collective de choc dans la zone euro

En fragilisant l’euro, la crise grecque menace 11 ans de construction de notre devise commune. Le Parti Libéral Démocrate ne souhaite pas que l’Europe se désolidarise de la Grèce, mais s’oppose à toute aide financière tant qu’elle n’aura pas amorcé une politique d’assainissement de ses finances publiques, ni engagé les réformes structurelles indispensables à son redressement. La première mission d'une bonne gouvernance de la zone euro, c’est d’assurer le respect strict des principes fondateurs de l’euro concernant les déficits publics et la dette. Nous en sommes loin. Surtout, une crise beaucoup plus grave se profile derrière ces évènements inquiétants : l’explosion de la bulle des dettes publiques. Après la Grèce, l’Espagne, le Portugal et peut-être un jour la France risquent à leur tour l’insolvabilité pour leur gestion calamiteuse des finances publiques. C’est pourquoi nous devons anticiper sur l’avenir et engager l’Europe dans une thérapie collective de choc : réduction massive des dépenses publiques de ses Etats membres et mise en œuvre des mesures de libération de la croissance. C’est la condition pour préserver notre économie et notre qualité de vie.

17 Janvier 2010

Le G20 réaffirme le rôle du libre-échange et du libre marché

Le G20 qui s’est déroulé à Washington a réaffirmé le principe libéral du libre-échange et appelé à la reprise du cycle de Doha. Le monde a su garder son sang froid et ne pas céder à la tentation démagogique du repli sur soi. Il n'a pas été question de refonte du capitalisme. Au contraire, il sort renforcé du sommet. L’accord prévoit par ailleurs une révision des mauvaises réglementations, un meilleur suivi des produits financiers et un encadrement plus strict des agences de notations. Mais les marchés ne seront pas bridés afin de laisser libre cours aux innovations qui facilitent la vie des entreprises et des épargnants. C’est une bonne nouvelle pour les entreprises et l’emploi.

15 Janvier 2010

Protectionnisme inversé

Nous connaissons le réflexe protectionniste traditionnel : limiter et taxer les importations, favoriser les exportations. La dernière innovation Etatique a de quoi surprendre : limiter et taxer les exportations et favoriser les importations...de produits alimentaires. Conséquence directe de la mondialisation, l'amélioration de la qualité de vie permet à des centaines de millions d'individus de "passer d'un repas par jour à deux" comme le récapitule bien Nicolas Bouzou. Lorsque la demande augmente considérablement... Jusque là, tout le monde suit.

16 Janvier 2010

Repenser l'Europe

Le 'non' irlandais porte un rude coup à la construction européenne. Sans porter de jugement sur ce vote souverain, le faible taux de participation (53%) nous surprend de la part d'un peuple qui a su tirer le meilleur de ce processus. A la veille de la présidence française de l'Europe, nous ne devons par prendre le risque d'une remise en cause des avancées dues à la construction européenne : marché unique, fin des monopoles et remise en question des "champions nationaux" subventionnés par les Etats, baisse de la dette publique des Etats membres (et fin négociée de la PAC dans un futur proche).

04 Janvier 2010

Hausse des prix agricoles, l'occasion de revenir sur la PAC

 La hausse du prix alimentaires dans le monde offre une belle opportunité de revenir sur les fondements de notre Politique Agricole Commune. Pendant des décennies, les pays en voie de développement ont vu les produits européens subventionnés concurrencer leur propre production agricole chez eux, pendant que l'Europe limitait l'accès à son marché dans l'autre sens. Ce processus pervers est également dû au protectionnisme américain. Dans le même temps, les Français ont payé doublement le prix de cette Politique Agricole Commune : en tant que contribuables, ils ont participé chaque année au budget européen de 55 Milliards d'euros consacré à notre agriculture; en tant que consommateurs, ils ont payé chèrement leur alimentation à cause de cette absence de concurrence. Cette situation est de moins en moins tenable.