30 Avril 2010

Hausse du brut, flambée de mauvaises idées

 

Réagissant à la flambée du prix du brut, Nicolas Sarkozy a débloqué plus de 100 millions d'euros pour les marins pêcheurs et proposé un nouveau Fonds d'aide contre le pétrole cher destiné aux plus défavorisés. Nous ne comprenons pas que le gouvernement cède devant les pressions des pêcheurs, surtout lorsque ceux-ci prennent en otage les Français en bloquant les centres d'approvisionnement en essence. Non seulement l'Etat n'a plus les moyens de distribuer l'argent des contribuables, mais il encourage de mauvais comportements. D'ailleurs, la Commission Européenne a réagi défavorablement à cette initiative présidentielle.

Si le prix de l'essence ou du gazole semble cher aux Français, c'est d'abord parce que les taxes, TIPP et TVA, coûtent environ 85 centimes par litre de Super sans plomb à la pompe. Cet impôt pèse presque 25 milliards d'euros par an sur le pouvoir d'achat des 8 ménages sur 10 qui ont une voiture. Si l'Etat veut nous rendre du poouvoir d'achat, il peu tdiminuer la TIPP et réaliser des économies dans son train de vie.
 
Ensuite, la demande de pétrole croît plus vite que l'offre dans le monde. En cherchant à fausser ce prix de marché dont il ne maitrise pas le niveau d'équilibre, le gouvernement français envoie deux messages dangereux et contradictoires. L'un aux consommateurs qu'il incite à ne pas changer de comportement (à l'opposé de l'esprit du Grenelle de l'Environnement). L'autre aux producteurs, dans lequel il leur assure que l'Etat continuera à éponger de futures hausses avec l'argent des contribuables. Cette invitation à augmenter les prix du brut a déclenché les foudres de la Commission Européenne, agacée par ce contresens grave de Nicolas Sarkozy.
 
Une fois de plus, l'Etat français pense pouvoir dominer les forces de marché avec un Fonds d'aide. Initiative généreuse en apparence, ce fonds sera doublement coûteux. La hausse du brut n'a pas augmenté les recettes de la TIPP, le fonds sera donc alimenté avec l'argent des contribuables, qui devront aussi financer l'administration qui sera en charge de sa gestion. Cette nouvelle strate bureaucratique aura pour premier effet de renforcer l'assistanat. L'effet de seuil qui sépare ceux qui en profiteront et ceux qui la paieront grimpera d'un cran.
 
Nous demandons à Nicolas Sarkozy de revenir sur ces dépenses irresponsables, et de s'engager sur la voie de la réduction du train de vie de l'Etat pour pouvoir diminuer les prélèvement obligatoires qui pèsent sur notre pouvoir d'achat.