07 Mai 2010

La crise de la dette publique annoncée par le Parti Libéral Démocrate commence à inquiéter le gouvernement

Depuis 2 ans, le Parti Libéral Démocrate ne cesse de prévenir les Français de la menace de la crise de surendettement des Etats. Nous n'avons pas été suffisamment écoutés jusqu'à l'annonce par François Fillon, le 6 mai, du gel absolu de la dépense publique les trois prochaines années. Le Premier Ministre commence enfin à comprendre le scénario que nous annoncions. Mais sa mesure est très insuffisante pour stopper la dégringolade de l'euro et limiter les conséquences de l'effet domino de la chute des bourses sur notre dette et notre économie. L'incendie s'est étendu à toute l'Europe par contagion, et commence à affecter les Etats-Unis. Les acteurs qui financent les déficits récurrents des Etats de la zone euro attendent un plan de réduction de la dette publique beaucoup plus ambitieux, ainsi que des réformes structurelles libérant notre croissance dans les années à venir.

Le temps n'est plus aux Etats flambeurs empilant les dettes comme des joueurs compulsifs, au risque de la faillite, mais aux Etats rigoureux qui cessent de surendetter les générations futures. Après 35 ans de déficits ininterrompus et de recul devant les réformes nécessaires, le gouvernement est presque dos au mur. S'il ne met pas en oeuvre toutes les mesures qui peuvent améliorer notre compétitivité, faire baisser le chômage et libérer la croissance, ce seront les marchés financiers qui le contraindront à le faire dans l'urgence. Il est préférable de choisir nous-mêmes comment réduire la dépense publique, plutôt que d'attendre que les marchés financiers décident pour nous comme ils l'ont fait pour la Grèce.

Le Parti Libéral Démocrate a toujours condamné les politiques de fuite en avant dans la dette. Il est à la pointe du combat pour préserver notre économie, nos talents et notre qualité de vie. Sur Internet, par nos affiches, par nos tribunes et par nos interventions dans les médias, nous continuerons à lutter contre le drame de la dette publique, destructrice de richesse et menace pour notre avenir à tous.