Réforme des territoires

La France possède, à elle seule, près de 40% des communes de l’Union européenne. Plus de 31 500 communes ont moins de 2000 habitants. Pour anecdote, 6 communes françaises n’ont aucun habitant. La multiplication des strates de pouvoir politique et administratif a abouti à un mille-feuille inefficace. L'incitation à la dépense publique, la multitude de doublons et l'explosion de la bureaucratie se révèlent horriblement coûteux. La dilution de la responsabilité décisionnelle, et la multiplication d'instances opaques de l'intercommunalité aux institutions parapubliques entretiennent une opacité qui nuit à la démocratie et au contrôle par les électeurs de la dépense et des avantages que s'offrent les élus en plus de leur(s) mandat(s).

Nous souhaitons un retour à une décentralisation simple et transparente. Les collectivités doivent être peu nombreuses et se financer totalement par des ressources propres. Il nous faut aussi penser la décentralisation non seulement en terme de changement d’échelle politique, mais en terme de retour vers la société civile de nombre de missions aujourd’hui assurées par on ne sait plus toujours très bien quelle entité publique !

Les autres articles

08 Mars 2016

France : la non-réforme territoriale qui ne corrigera aucune des tares de nos administrations

Par Vincent Bénard, membre du Bureau National du PLD, Secrétaire Naitonal au Logement, auteur de "Logement : crise publique, remèdes privées"
Article paru le 7 mars dans ObjectifEco

La réforme territoriale, lancée en grandes pompes par le gouvernement mi 2014, a été adoptée dans l’indifférence générale un an plus tard, et ne s’est pour l’instant traduite que par l’élection d’un plus petit nombre de présidents de régions en décembre dernier. L’indifférence des français est compréhensible: le gouvernement a raté une belle occasion de remettre à plat toute l’organisation administrative française, et les rares changements observés n’iront pas dans le sens de la simplification ou des économies pourtant réclamées par la société civile.

30 Mars 2015

Comment éviter une hausse dramatique des impôts locaux

François Hollande et son gouvernement, confrontés à « l'exaspération fiscale », se sont engagés à ne plus augmenter les impôts, voire à les réduire à travers le Cice et la suppression de la première tranche pour les particuliers. Il était temps. Néanmoins, cette pression fiscale amoindrie n'est pas financée par des efforts de restructuration de l'appareil public, mais par des diminutions des dépenses de l'Etat, notamment vers les collectivités locales (- 11 milliards d'euros de dotations d'ici à 2017). Aussi ces dernières peuvent être tentées, pour digérer ces diminutions, d'éviter elles aussi des efforts de restructuration et d'augmenter les impôts locaux. En somme, la pression fiscale française dégonflée par le haut pourrait être regonflée par le bas.

25 Mars 2015

Succès du Parti Libéral Démocrate aux départementales

Nos candidats sont parvenus à faire entendre la voix libérale à l’occasion des départementales, sous notre propre étiquette ou sous celle de l’union de la droite. Nous tenons à les féliciter, eux et tous les militants qui les ont aidés à mener campagne, pour leur engagement et ce beau succès pour un jeune parti comme le nôtre. Ces résultats prometteurs illustrent bien notre capacité à nous ancrer dans les territoires et à obtenir de bons scores sur nos idées. Deux candidats libéraux seront en ballottage, Stéphane Pinabel dans la Manche avec 28.13% des voix, et Maxime Le Pendeven dans l’Isère avec 29.71% des voix. Nous félicitons tous nos candidats parmi lesquels Christine Singer (7.25%, Moselle), Ludovic Lea et Camille Bihar (5.23%, Yvelines), Thierry Tsagalos (4.52%, Hérault), Grégory Denize et Elise Herment (17.1%, Alpes de Haute Provence) ou Eric Lagrange et Héloïse Archange (5.93%, Tarn-et-Garonne).

Nous souhaitons la victoire aux binômes Stéphane Pinabel / Odile Thominet et Maxime Le Pendeven / Lucile Ferradou dimanche prochain face à la gauche.

03 Avril 2014

Une France moderne : 36 000 clochers, mais beaucoup moins de communes !

La France est connue pour ses 36 000 clochers. Ils devraient sonner le tocsin de la gabegie : les dépenses des communes ont augmenté de 7% en quatre ans, tandis que près de 200 000 nouveaux agents communaux ont été embauchés en dix ans ! Le regroupement en intercommunalités a créé des doublons sans gains d’efficacité notables, tandis que la diminution des transferts de l’Etat a été largement compensée par de nouvelles ressources et par la hausse des impôts locaux (la taxe d’habitation, par exemple, a augmenté de 23% depuis 2000). Quiconque conduit à travers les rond-points fleuris des villages français comprend que, dans un pays surendetté, le sens des priorités laisse encore à désirer…

02 Septembre 2013

Service de conseil architectural, "du gaspillage selon le PLD 42"

Le Parti libéral démocrate (PLD), représenté dans la Loire par Gilles Gential, dénonce dans un communiqué un « gaspillage d’argent public » et demande le retrait de ce service gratuit de conseil architectural. Pour le PLD 42, « il n’appartient pas à la collectivité de se substituer aux acteurs privés » et le contribuable ligérien n’a pas à « fournir un service aux porteurs de projets immobiliers, qui ne sont par nature pas démunis ».

Lien vers Le Grisou

18 Janvier 2010

Les collectivités locales doivent aussi se réformer

La crise frappe durement ceux qui ont trop vécu à crédit. C’est le cas des collectivités locales qui ont augmenté leurs dépenses de 30 % ces dix dernières années. Les Français vont bientôt en payer la facture avec les fortes hausses de taxes locales qui les attendent. Soyons réalistes, les collectivités territoriales ne rompront pas avec la tentation de dépenser au-delà de leurs moyens sans réforme de leur structure. En marquant une volonté de simplification du « mille-feuille » administratif, le rapport Balladur va dans le bon sens. Mais il reste bien trop modeste, et il ne résistera pas à l’édulcoration probable par les parlementaires. Il est nécessaire d’aller plus loin en supprimant au moins l’un des six niveaux de collectivités locales, en confiant au secteur privé des compétences qu’il peut très bien assurer et en consacrant l’autonomie fiscale de chaque échelon.

10 Avril 2010

Pas de réforme des collectivités locales sans leur autonomisation fiscale

Les grandes lignes du projet de réforme des collectivités locales, attendu de longue date, sont actuellement examinées par le gouvernement. Celles-ci devraient s’articuler autour de trois axes : fusion des conseils généraux et régionaux, rationalisation de la carte de l’intercommunalité par la suppression des multiples syndicats intercommunaux et création d’un statut de métropole, à l’instar de Paris, réunissant les compétences départementales et intercommunales pour les principales agglomérations françaises.