Carte scolaire

14 Janvier 2010

Une véritable réforme de l’enseignement est possible

Les syndicats et la gauche ont choisi l’annonce de la « suppression » des heures d’enseignement d’histoire en terminale pour faire monter la pression contre la réforme du lycée. D’autres aspects du projet de Luc Chatel auraient pu servir de prétexte à cette grogne presque rituelle, comme par exemple la réduction du volume horaire de cours. Justifiées ou non, ces protestations visent surtout une tradition néfaste : chaque ministre cherche à imprimer sa marque à l’Education Nationale par des mesures qui, à défaut de correspondre à une vision claire, perturbent de manière chaotique le travail des enseignants et la vie des établissements scolaires. Quitte à réformer et à déclencher les critiques, il aurait clairement été préférable de proposer un projet beaucoup plus ambitieux et cohérent. La réforme estampillée "Luc Chatel", comme toutes les précédentes, n'est encore une fois qu'une série de retouches qui ne guériront pas une Education Nationale malade de son immobilisme.e. Les libéraux écrivent une lettre à la victime présumée.

S'abonner à RSS - Carte scolaire