Concurrence

24 Juin 2016

Amazon Prime Now : pour Anne Hidalgo, le progrès, c’est déloyal

Tribune parue dans Atlantico le 24/06/2016 par Aurélien Véron

Anne Hidalgo est toujours en retard de deux guerres. Vent debout contre l’ouverture des commerces en soirée et le dimanche, elle s’en prend aujourd’hui à la dernière innovation issue du net. Le nouveau service d’Amazon, Prime Now, constitue selon elle "une concurrence déloyale à l’égard des commerçants et des artisans". Rien que ça. L’idée que les Parisiens puissent souhaiter se faire livrer des produits – en particulier alimentaires - en une heure, maximum deux, lui est juste insupportable. Et les commerçants de proximité qui n’ont pas encore l’équivalent de Deliveroo ?

20 Février 2015

Ni réforme, ni changement : cette stratégie de la couardise des politiques face à la loi Macron

Cette semaine nous avons été assaillis par une actualité occupée par deux poids lourds du gouvernement. Les stars du combat de catch contre l’adversité. A ma droite, 1.73m, Emmanuel Macron, costume de lumière, œil de velours, sourire souvent bien accroché, ciblé par des illogiques de droite et des dinosaures de gauche. Attaqué de chaque côté, par tous ceux qui contestent la réforme. Les faux prétextes n’ont pas manqué à droite.

15 Mai 2014

Montebourg ou la destruction par la préférence nationale

Photo  AFP

Selon les termes du décret "patriotisme économique", le Ministre de l'Economie pourra bloquer les acquisitions d'entreprises françaises par des entreprises étrangères dans des secteurs jugés "stratégiques", on ne sait pourquoi. C'est à la fois une grave atteinte au droit de propriété et une entorse grave aux traités fondateurs de la construction européenne, aux principes de libre circulation des biens et des capitaux, ainsi qu'à celui de la libre concurrence entre entreprises. En un seul décret promulgué à la sauvette, Arnaud Montebourg peut se vanter d'avoir abattu quelques fondations législatives majeures. Nous refusons cette dérive vénézuélienne du pays.

11 Mai 2014

Un pays capitaliste qui s’ignore

Il y a quelques années, un politologue américain, Ezra Suleiman, avait publié un essai intitulé Schizophrénies françaises. Voilà une formule qui s’appliquerait bien à notre sondage sur « Les Français et le libéralisme » : d’un côté, les valeurs libérales sont plébiscitées, et le mot de « libéralisme » lui-même semble bien accepté ; de l’autre, les Français réclament l’intervention de l’Etat dans leur vie quotidienne. C’est particulièrement visible pour les activités de « service public », de l’éducation au ramassage des ordures en passant par la gestion de l’eau. Le secteur public y est préféré sans appel au privé. La décomposition par catégorie professionnelle et appartenance politique montre que ce jugement est consensuel. Il n’y a guère qu’au sujet de la distribution du courrier que les sympathisants UDI accordent le bénéfice du doute au secteur privé (à 50 %)… Les Français, tout en s’indignant de la dépense publique et des gabegies bureaucratiques, souhaitent donc que ce soit des fonctionnaires recrutés sur concours qui éduquent leurs enfants, gèrent les maisons de la culture, conduisent les bus et transportent les sacs-poubelles…
28 Avril 2014

VTC contre taxis : Thomas Thévenoud, relisez Kant !

La bataille des taxis fait rage partout en Europe. Uber, la compagnie de «voitures avec chauffeur» (VTC) a été interdite à Bruxelles, condamnée à Berlin, et fait l'objet de polémiques récurrentes en France. Depuis la publication du rapport Attali en 2008, les gouvernements successifs ont fait de multiples volte-faces, qui égarent l'opinion publique, énervent les taxis, et compromettent les stratégies d'investissement des VTC. Cas d'école d'un monopole réglementé qui s'acharne à préserver ses privilèges face à de nouveaux entrants plébiscités par les clients.

22 Janvier 2014

Marché du livre : Diderot ou Dickens ?

Après avoir suggéré dans ma précédente chronique qu'il pourrait y avoir d'autres formes d'organisation du marché du livre qu'un prix réglementé, j'ai eu le privilège rare d'expérimenter les sensations de la chasse à courre - du point de vue du cerf. Certains libraires ont même poussé l'amour de la littérature jusqu'à promettre de "boycotter" (sic) mes prochains livres.

13 Janvier 2014

Il faut un vrai marché du livre !

Droite et gauche se déchirent sur tout, mais une belle union sacrée apparaît dès qu'il s'agit de lutter contre la concurrence, généralement fustigée comme "déloyale". Ainsi, les sénateurs ont voté la semaine dernière, avec la même unanimité que leurs collègues députés, la loi "anti-Amazon" qui interdit la gratuité des frais de port pour la vente à distance des livres. Les "pauvres petits libraires", qui ont déjà triomphé de la Fnac, pourront donc survivre encore quelques années face à Amazon.

Pages

S'abonner à RSS - Concurrence