Economie

24 Juin 2016

Amazon Prime Now : pour Anne Hidalgo, le progrès, c’est déloyal

Tribune parue dans Atlantico le 24/06/2016 par Aurélien Véron

Anne Hidalgo est toujours en retard de deux guerres. Vent debout contre l’ouverture des commerces en soirée et le dimanche, elle s’en prend aujourd’hui à la dernière innovation issue du net. Le nouveau service d’Amazon, Prime Now, constitue selon elle "une concurrence déloyale à l’égard des commerçants et des artisans". Rien que ça. L’idée que les Parisiens puissent souhaiter se faire livrer des produits – en particulier alimentaires - en une heure, maximum deux, lui est juste insupportable. Et les commerçants de proximité qui n’ont pas encore l’équivalent de Deliveroo ?

25 Novembre 2014

Macron sur la (bonne) voie des réformes

Quelle démagogie et hypocrisie. La France doit se débarrasser des empêcheurs de voir en grand si elle veut réformer en vrai ! Je n’ai pas lu un article, participé à un débat TV ou radio, ces dernières semaines, sans lire ou entendre cet argument stupide qui consiste à affirmer qu’il faut réformer, mais jamais en commençant par celui qui est visé. Il vous dira que de toucher à sa profession, quelque soient ses excès, ne permettra pas d’atteindre le but ultime d’une réforme : le rebond !

31 Octobre 2014

« Yes, week-end » : trois fois oui !

Manuel Valls a annoncé à nos amis anglais, lors d’une visite à la City, vouloir libérer le travail le dimanche. C’est une saine ambition, d’autant que 29 % des Français travaillent déjà régulièrement ou occasionnellement ce jour de la semaine. Aucun gouvernement ne s’est exprimé aussi clairement sur cet enjeu jusqu’ici. Quelques députés aussi courageux qu’isolés se sont aventurés sur ce terrain, comme Richard Mallié. Mais sans succès. Face à l’opposition coalisée de petits commerçants craintifs face à la grande distribution, de la gauche vent debout contre la « marchandisation » du dimanche et de la droite traditionaliste, la pression des salariés n’a pas faibli.

20 Octobre 2014

Martine Aubry veut un "État stratège" qui contrôle le marché : les mauvaises idées d'une ex-DRH amateur

On savait notre classe politique futile, déconnectée, faible et lâche face aux réformes. Mais quand vient le beau moment du renouvellement du mandat des grandes entreprises publiques, on retrouve avec "délectation" une autre de ses innombrables qualités. La gestion des talents ! Une qualité qu’elle travaille et peaufine depuis que l’Etat est Etat, depuis que le politique est persuadé qu’il sait ce qui est bon pour l’économie, dont il ne connaît pourtant la définition que par les livres clés qui marquent son parcours scolaire.

Depuis que le politique pense qu’il est le gardien, le recours. Le stratège. Ce terme inventé pour masquer la volonté interventionniste de tout gouvernement, de droite comme de gauche.

26 Août 2014

Le dur retour à la réalité d'un entrepreneur revenant de vacances aux Etats-Unis

Des vacances, on peut rapporter beaucoup de choses. Un teint de playboy, ou des brûlures d’exposition, des souvenirs qui paraîssent tellement essentiels sur le moment mais qui terminent irrémédiablement à la cave, des photos suffisamment nombreuses pour piller la mémoire de tout téléphone digne de ce nom, et, selon le pays visité, quelques restes de maladies liées à l’eau ou l’alimentation, qui vous assure un ventre plat pour la rentrée. A défaut de l’avoir eu avant le départ !

22 Août 2014

Cécile Duflot, la donneuse de leçons qui avait pourtant réussi à creuser les inégalités

Atlantico : les mises en chantier de logements neufs sont en baisse continue depuis 2012 : sur les 12 derniers mois, 316 370 chantiers ont commencé, contre 322 000 sur les 12 mois précédents. Quelle responsabilité la loi Alur porte-t-elle dans ce phénomène ?

Vincent Bénard : Cette responsabilité, bien que réelle, n’est que partielle. Tous les types de logements (individuels, collectifs, locatifs ou en propriété) sont concernés par la baisse. Si la loi ALUR était la principale responsable du marasme, le recul serait plus visible dans l’investissement locatif, où le chiffon rouge du renforcement de l’encadrement des loyers et de la déresponsabilisation accrue des locataires a, de l’avis de tous les professionnels, refroidi l'appétit des acheteurs.

 

12 Août 2014

Michel Sapin et Twitter : Papi fait de la finance

La réponse de Michel Sapin aux questions pourtant innocentes de l’Opinion sur son usage de l’iPhone explique mieux que tous les rapports du FMI le désastre de la gouvernance économique en France. « Le machin avec la pomme, c’est ça ? » a-t-il demandé après un silence. Il est donc avéré que Michel Sapin ne commande pas de VTC géolocalisé et ne regarde pas son fil twitter, où l’on ne trouve, a-t-il précisé, qu’« imbécillité et appauvrissement ». Ce brave honnête homme congédie fièrement la possibilité qui lui est offerte de parcourir la dernière tribune du New York Times ou de Project Syndicate, de lire les commentaires de Nouriel Roubini ou de Joseph Stiglitz, de suivre les réflexions géopolitiques de son collègue suédois des Affaires étrangères (un fieffé twitto !), d’observer en direct les révoltes populaires de par le monde, de se nourrir des idées alternatives qui émergent sur le Net et, bien sûr, horresco referens, de participer aux débats de notre nouvelle démocratie digitale. Au lieu de cela, il doit feuilleter tous les matins la revue de presse préparée par les services de Bercy (bleue pour la presse nationale, orange pour la régionale), et surveiller les dépêches AFP où son nom est cité.

16 Juillet 2014

En France, l'austérité reste un fantasme

Le Parti libéral démocrate (PLD), né en 2008, fait partie de ces "petites" formations qui peinent à percer en raison d'un système qui les pénalise mais qui jouent un rôle vital dans l'indispensable débat d'idées au sein de la société. Son président Aurélien Véron livre son analyse sur la situation de la France, ses points faibles comme ses points forts, et ses solutions pour sortir le pays de la crise.

09 Juillet 2014

Le paradoxe BNP Paribas

Pour se rendre populaire en France, il suffit de critiquer la finance. François Hollande a gagné une présidentielle pour en avoir fait son adversaire. Avant lui, Nicolas Sarkozy n'avait de cesse d'opposer "l'économie réelle" à la "spéculation". Aujourd'hui, Marine Le Pen reprend le flambeau en fustigeant les "marchés fous de cupidité". Même Jérôme Kerviel est parti en pèlerinage contre "les dérives de la finance". Comme souvent dans les périodes de crise, la finance a mauvaise presse, et il se trouve peu de suicidaires cathodiques pour la défendre sur les plateaux télé. Le trader a remplacé l'usurier dans l'imaginaire collectif.

Pages

S'abonner à RSS - Economie