emploi

18 Avril 2011

Prime obligatoire : une étape supplémentaire vers la démagogie et l’économie administrée

Pour ceux qui en doutaient encore, François Baroin est un adepte de l’économie administrée. C’est pourquoi il projette d’imposer le versement d’une prime de 1 000 € aux salariés des entreprises distribuant des dividendes. Cette nouvelle contrainte étatique peut sembler généreuse. Elle est dangereuse et inique. Cette mesure arbitraire spolie les actionnaires d’une partie de leurs revenus légitimes. Elle menace notre territoire d’une réduction de l’investissement des entreprises françaises ou étrangères. Elle ouvre la voie aux liquidations d’entreprises souhaitant délocaliser leur production vers des cieux plus cléments et moins instables.

12 Janvier 2011

Libérons la durée légale du travail

Dix ans après la mise en place des 35 heures, malgré la multitude de lois votées pour en aménager les effets, leur bilan est désastreux. Le nombre d'heures travaillées n’a pas augmenté. En revanche, les PME-PMI sont confrontées à une complexité accrue, source d’incertitude néfaste à l'investissement. La défiscalisation des heures supplémentaires - mesure phare du programme de Nicolas Sarkozy - a permis un petit allègement du coût du travail, davantage par effet d’aubaine. Mais elle a surtout engendré des coûts de gestion considérables pour les entreprises, et accru les distorsions entre les PME et  les grandes entreprises armées pour décrypter un code du travail en changement continuel. Au final, elle a aggravé les déséquilibres des comptes sociaux sans pour autant résoudre les problèmes fondamentaux du marché du travail.

20 Avril 2010

Défendons le statut de l’autoentrepreneur menacé

Face au succès du régime de l’autoentreprise mis en place par Hervé Novelli, des voix s’élèvent pour le raboter, voire le saboter. Le rejet par le Sénat d’un amendement  visant à limiter à 3 ans la durée pendant laquelle on peut être autoentrepreneur l’a provisoirement sauvé d’une mort à feu doux. Le Parti Libéral Démocrate dénonce la pression exercée par différents lobbies influents contre ce statut adopté par 400.000 Français depuis sa création le 1er janvier 2009. Ce qui l’a rendu si attractif, c’est justement qu’il n’est pas limité dans sa durée, qu’il évite de trop pénaliser financièrement l’effort et qu’il bénéficie d’une grande simplicité administrative.

05 Janvier 2010

Plutôt que des emplois aidés, aidons l’emploi

Face aux menaces qui pèsent sur la croissance et l’emploi, le gouvernement a annoncé des mesures superficielles qui ne sont pas à la hauteur des enjeux de la crise. La vieille recette des emplois aidés répond aux effets plutôt qu’aux causes du chômage. Si les emplois aidés des associations et de l’Etat ont surtout servi à maquiller les chiffres du chômage, ceux du secteur privé ont trouvé leur utilité en atténuant les trois problèmes suivants : l’inadaptation de la plupart de nos filières d'enseignement aux réalités du monde du travail, l’absence de flexibilité et le coût excessif du travail. Face à l'urgence actuelle, il est possible d'agir sur les deux derniers points. L’assouplissement du travail le dimanche et celui du recours aux CDD dans les PME vont dans ce sens. Mais plus que des rustines, nous avons besoin de réformes véritablement structurelles.

15 Janvier 2010

Les réformes oubliées pour l’égalité des chances

Yazid Sabeg a lancé un manifeste pour « les oubliés de l’égalité des chances ». Cette excellente initiative vise des problèmes bien réels. Les descendants de l’immigration subissent un concentré des problèmes rencontrés par le reste du pays. Néanmoins, ses propositions ne sont pas innovantes et ont déjà prouvé leur inefficacité. Les solutions envisagées doivent traiter le mal, pas les symptômes. L’égalité des chances ne se décrète pas, pas plus qu’elle ne s’impose par des mesures arbitraires. Au Parti Libéral Démocrate, nous proposons de commencer par désenclaver les cités en libéralisant les transports en commun. Nous recommandons ensuite de réformer en profond eur les deux piliers de la promotion sociale que sont l’école et l’entreprise. C’est là que la spirale de l’échec peut être vaincue.

01 Janvier 2010

Une vraie ambition pour la Guadeloupe

Les émeutes en Guadeloupe exigent le rétablissement de l’ordre mais aussi l’écoute attentive des revendications locales. Cette crise résulte d’un sous-développement économique entretenu par une fiscalité confiscatoire, une politique d’aide qui décourage le travail et des monopoles détenus par quelques familles « békés ». Ceux-ci imposent aux Guadeloupéens de toutes origines des biens exclusivement issus de la métropole à des prix très excessifs. Ces situations de rente sont aussi inacceptables que l’aide annuelle aux DOM TOM qui s’élève à 16 milliards d’euros, soit 9.000 euros par habitant. Il est temps d’ouvrir les monopoles qui bloquent l’économie locale, et de réduire les subventions directes ou indirectes qui ont prouvé leur inutilité. Libérée de ses carcans administratifs et monopolistiques, la Guadeloupe a un potentiel économique important à tirer de sa proximité avec le continent américain.

10 Janvier 2010

Plan d'aide au secteur automobile : attention au risque d’ingérence politique et au protectionnisme

Le plan de d’aide au secteur automobile reporte probablement les difficultés de trésorerie de nos deux constructeurs nationaux. Cette ingérence croissante du gouvernement dans la vie des entreprises leur impose des priorités politiques plutôt qu’économiques, et confirme sa dérive protectionniste. Le Parti Libéral Démocrate dénonce le danger que ce plan fait peser sur l’avenir de Peugeot et de Renault, sur la construction européenne et sur la croissance économique de notre pays.

Pages

S'abonner à RSS - emploi