Entreprise

24 Avril 2013

Choc de croissance : les solutions du PLD

"Quatre-vingt personnes avaient fait le déplacement samedi soir à Saint-Herblain où Laurent Revranche, président du Parti Libéral Démocrate de Loire Atlantique, animait une réunion publique sur le thème de l'emploi et de l'entreprise."

30 Mars 2013

Christian Saint-Etienne, quelle stratégie pour demain ?

La France s'est considérablement affaiblie depuis une quinzaine d'années. La progression du chômage semble hors de contrôle. Le rapport Gallois a contribué à une prise de conscience des racines des problèmes que connaît notre pays. Centré sur les difficultés de l'industrie manufacturière, il n'a pourtant pas fait un diagnostic complet de nos maux. Et les mesures prises par le gouvernement à la suite de ce rapport sont insuffisantes.

Le déficit extérieur ne se réduit pas. Christian Saint-Etienne démonte le mécanisme infernal, à l'oeuvre depuis longtemps, qui explique la profondeur de la crise que nous traversons. Il indique surtout les voies pour vraiment reconstruire notre appareil de production et repenser notre système institutionnel afin de stimuler une vraie création de richesses en France et d'impulser une sortie de crise en Europe.
C'est à cette condition que nous pourrons à la fois croître à nouveau, créer des emplois durables, réduire notre endettement et sauvegarder notre modèle social. Il nous reste peu de temps si nous voulons que la France se rétablisse et réaffirme son modèle, qui peut être à nouveau exemplaire.

Entreprise, activité et emploi

Biberonnée au colbertisme depuis le plus jeune âge, notre classe politique n’est absolument pas connectée aux réalités économiques. Les dirigeants des grands partis partagent une vision assez semblable de la croissance, qu’ils soient de gauche ou de droite. Leur baguette magique, c’est le « volontarisme politique » qui justifie de vastes plans de relance, comme si la croissance se décrétait. Quarante années de déficits ininterrompus auraient fait de la France le pays le plus prospère du monde si les théories apprises à l’ENA marchaient. Ce n’est manifestement pas le cas.

05 Mars 2013

Votation suisse : la fin du copinage entre amis ?

Urne de vote aux couleurs de la Suisse

Le Parti Libéral Démocrate manifeste le plus grand intérêt pour la votation qui a eu lieu en Suisse, visant à limiter les excès de rémunération des mauvais dirigeants d'entreprises. Rendre le pouvoir aux actionnaires, au détriment des conseils d’administration, est une mesure juste, efficace et durable. Hélas, l’écho médiatique fait en France à cette votation laisse présager que seul son volet coercitif, coûteux, et contournable, trouvera grâce auprès du gouvernement en place.

05 Novembre 2010

Attaquer le statut des entreprises innovantes ne rétablira pas l'équilibre des comptes publics

Le système fiscal et social français est un puissant frein à la création durable de valeur sur le territoire. Pourtant, plus sûrement que les discours présidentiels, la prise de risque et les investissements dans la recherche sont les emplois industriels de demain des ouvriers. La  mondialisation a augmenté la rentabilité des activités de recherche et développement (R&D) et réduit celle des activités stables où l’innovation est faible ; la crise économique a accéléré ce processus.

 

18 Avril 2011

Prime obligatoire : une étape supplémentaire vers la démagogie et l’économie administrée

Pour ceux qui en doutaient encore, François Baroin est un adepte de l’économie administrée. C’est pourquoi il projette d’imposer le versement d’une prime de 1 000 € aux salariés des entreprises distribuant des dividendes. Cette nouvelle contrainte étatique peut sembler généreuse. Elle est dangereuse et inique. Cette mesure arbitraire spolie les actionnaires d’une partie de leurs revenus légitimes. Elle menace notre territoire d’une réduction de l’investissement des entreprises françaises ou étrangères. Elle ouvre la voie aux liquidations d’entreprises souhaitant délocaliser leur production vers des cieux plus cléments et moins instables.

22 Mars 2011

Economie, une France à deux vitesses ?

A 83 milliards d'euros sur 2010, deux fois plus que l’an passé, les résultats du CAC 40 montrent que nos grands groupes sont bel et bien sortis de la crise. Mais il faut rappeler que ces profits ont été réalisés pour l’essentiel hors du pays, notamment dans les zones à forte croissance.

Régulièrement accusés de délocaliser leur production et d'appauvrir la France, leur apport au pays est incontestable. A commencer par le rapatriement de leurs résultats qui participent au revenu des ménages et aux recettes publiques. Plusieurs de ces grands groupes se préparent d’ailleurs à partager les fruits de cette croissance avec leurs salariés français par des augmentations salariales pouvant aller jusqu'à +4.7 % chez l’Oréal.

09 Juillet 2010

Syndicats dans les TPE : les députés ont refermé la boîte de Pandore

A l’Assemblée nationale, la droite a supprimé, contre l’avis du gouvernement, la création de commissions paritaires territoriales pour les entreprises de moins de 11 salariés. Etrangement, seuls les communistes et les socialistes ont défendu cette proposition du gouvernement. Le Parti Libéral Démocrate se réjouit de cette fronde salutaire. Imposer les syndicats dans les TPE françaises aurait pesé lourd en termes d’emploi et de compétitivité. Le gouvernement devrait plutôt poursuivre sa réforme du syndicalisme français afin qu’il abandonne sa culture des piquets de grève, des destructions de matériels et de confrontation dans la rue, et se mette réellement au service des salariés.

Pages

S'abonner à RSS - Entreprise