Europe

08 Février 2013

Une Europe des libertés, pas de la dépense publique

Siège de l'UE à Bruxelles

Le PLD soutient le nouveau budget de l’Union Européenne (960 milliards d'€), inférieur de 33 milliards au budget précédent. Cette baisse historique, hélas limitée (-3%), va dans le bon sens. L’UE retrouvera sa dynamique dans la défense intransigeante des libertés individuelles et d'une économie de marché au service de tous.

20 Octobre 2011

Le mécanisme de stabilité financière met en péril le portefeuille des Français

Le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) contribue déjà à mettre notre notation en danger. Il engage les Français à hauteur de 142 milliards € (que nous refuserons de voir augmenter). Il est prévu que ce plan dangereux se transforme rapidement en Mécanisme Européen de Solidarité (MES), dirigé par un haut fonctionnaire européen qui n’aura de comptes à rendre à personne. Nous n’acceptons pas cette trahison des traités européens qui prend en otage les contribuables européens. Alors que le gouvernement laisse exploser notre dette sans s’attaquer à notre dépense publique indécente, il veut ajouter à la facture qu’auront à payer les Français les gabegies d’autres gouvernements européens. Ce n’est pas responsable de sa part. Le Parti Libéral Démocrate s’y oppose fermement.

04 Novembre 2010

L’accord franco-britannique de défense renforce notre indépendance militaire

Les forces de défense européennes, déjà très faibles, ne doivent pas faire les frais de la diète des budgets étatiques. Le PLD salue donc l’accord franco-anglais du mardi 2 novembre, historique, qui va permettre d’améliorer l’efficience de ce poste budgétaire, compétence-clef d’un Etat régalien, tout en préservant nos capacités militaires et notre indépendance stratégique. Par ailleurs, il nous rapproche du Royaume-Uni, un ennemi historique mais sans doute notre allié le plus fidèle depuis le XIXe siècle (nous n’avons plus été en guerre depuis 1815).

13 Juillet 2010

En Europe, pas de prospérité sans baisse de la dépense publique

La Cour des comptes vient de publier son rapport annuel sur la situation et les perspectives des finances publiques. En 2009, le gouvernement français a davantage laissé déraper les déficits publics que ses homologues européens. Ce coup dur tombe mal au moment où l'exécutif tente de rassurer les marchés par ses effets d'annonce. Surtout, nos voisins viennent d'annoncer coup sur coup des dizaines de mesures drastiques pour revenir à l'équilibre budgétaire. La réalité économique rattrape les dirigeants européens dont les marchés viennent sanctionner les années de laxisme budgétaire. Si les déficits publics engendraient de la croissance et de l'emploi, la France serait aujourd'hui le pays le plus riche d'Europe. Notre classe politique est la dernière d'Europe à s'obstiner dans ce déni de réalité.

19 Mai 2010

Appel à mobilisation pour sauver l'euro

Devant le Bundestag, Angela Merkel a déclaré l’Union Européenne en danger. En violant les principaux traités européens de concert avec les pays du sud de la zone euro, le gouvernement français est responsable de la dégradation inquiétante de ses relations avec le gouvernement allemand et la BCE. Il espère échapper aux réformes structurelles de son modèle défaillant en tablant sur l'inflation et la hausse des prélèvements obligatoires. Cette politique risque de faire exploser notre monnaie commune. Pourtant, l'Europe a souvent franchi des étapes importantes lors des crises. Nous appelons Nicolas Sarkozy à ne pas manquer cette dernière occasion historique. Il ne reste plus beaucoup de temps pour engager un plan d'urgence concerté avec l'Allemagne et ses partenaires européens plus rigoureux que la Grèce ou l’Italie.

05 Mars 2010

Grèce : aide-toi, l'Europe t'aidera

En fragilisant l'euro, la crise grecque menace onze ans de construction de notre devise commune. Dans ces difficultés, les Etats membres de l'euro doivent afficher une solidarité sans faille avec la Grèce. Sinon, la défiance des investisseurs viendrait vite saper l'euro en visant successivement l'Espagne, le Portugal et, qui sait un jour, la France. Ce contexte périlleux impose aussi de réaffirmer avec force les principes constitutifs de l'euro, notamment les critères de Maastricht. Seul un discours de grande fermeté est en mesure de rassurer les investisseurs, non seulement sur la dette grecque, mais sur l'ensemble de la zone euro.

05 Avril 2010

L'euro survivra-t-il au laxisme français ?

Nicolas Sarkozy traverse une mauvaise passe. Difficile d’avoir le moral quand on vient de subir une cuisante défaite électorale, qu’on perd le contrôle des déficits publics, et que l’entente de façade de l’Europe est en train de se fissurer. Les députés de la majorité commencent à gronder, conscients du risque que Sarkozy soit battu en 2012 et, surtout, que la gauche prenne alors leur siège. Pour les Français, la désillusion est tout aussi cruelle au terme de ses trois années de pouvoir. Brillamment élu comme réformateur de choc, celui qu’on présentait comme un grand libéral s’est révélé un petit caporal autoritaire et sans vision. Il a multiplié les réformes incohérentes et commis de graves erreurs stratégiques. Seule une catastrophe plongeant la zone euro dans la crise pourrait lui offrir l’opportunité politique d’échapper à la débâcle électorale prévisible.

10 Mars 2010

Agriculture française: changement de paradigme pour endiguer son déclin

La réussite de l’agriculture française est inversement proportionnelle à l’engouement des hommes politiques pour le salon de l’agriculture. Il faut dire que l’influence de l’agriculture française reste bien supérieure à son poids dans la population active, de seulement 3.5 %. Sa perte de compétitivité et l’érosion lente des revenus des agriculteurs illustrent son déclin, malgré un soutien public annuel proche de 30.000 euros par exploitation. Il ne faut pas chercher les causes de la crise agricole dans les marchés mondiaux, mais plutôt dans nos réglementations ; sans oublier notre niveau dramatique de prélèvements obligatoires. Comment expliquer que l’Allemagne exporte davantage que la France et se situe désormais à la quatrième place mondiale ? L’avenir de l’agriculture repose sur un changement de modèle plutôt que sur des aides et une administration étoffée.

15 Février 2010

Plus qu'un plan d’aide à la Grèce, nous avons besoin d'une thérapie collective de choc dans la zone euro

En fragilisant l’euro, la crise grecque menace 11 ans de construction de notre devise commune. Le Parti Libéral Démocrate ne souhaite pas que l’Europe se désolidarise de la Grèce, mais s’oppose à toute aide financière tant qu’elle n’aura pas amorcé une politique d’assainissement de ses finances publiques, ni engagé les réformes structurelles indispensables à son redressement. La première mission d'une bonne gouvernance de la zone euro, c’est d’assurer le respect strict des principes fondateurs de l’euro concernant les déficits publics et la dette. Nous en sommes loin. Surtout, une crise beaucoup plus grave se profile derrière ces évènements inquiétants : l’explosion de la bulle des dettes publiques. Après la Grèce, l’Espagne, le Portugal et peut-être un jour la France risquent à leur tour l’insolvabilité pour leur gestion calamiteuse des finances publiques. C’est pourquoi nous devons anticiper sur l’avenir et engager l’Europe dans une thérapie collective de choc : réduction massive des dépenses publiques de ses Etats membres et mise en œuvre des mesures de libération de la croissance. C’est la condition pour préserver notre économie et notre qualité de vie.

16 Janvier 2010

Repenser l'Europe

Le 'non' irlandais porte un rude coup à la construction européenne. Sans porter de jugement sur ce vote souverain, le faible taux de participation (53%) nous surprend de la part d'un peuple qui a su tirer le meilleur de ce processus. A la veille de la présidence française de l'Europe, nous ne devons par prendre le risque d'une remise en cause des avancées dues à la construction européenne : marché unique, fin des monopoles et remise en question des "champions nationaux" subventionnés par les Etats, baisse de la dette publique des Etats membres (et fin négociée de la PAC dans un futur proche).

Pages

S'abonner à RSS - Europe