Financement des partis

26 Juin 2014

Stop au financement public de la vie politique !

Les Français sont révoltés par la multiplication des affaires touchant la vie politique de leur pays. Le Parti Libéral démocrate juge opportun de rappeler que le financement public des partis et des campagnes électorales leur fait payer ces gabegies. Les principaux partis tirent actuellement l’essentiel de leurs ressources de l’argent public : 21 millions d’euros par an pour l’UMP, 30 millions pour le PS et 6 millions pour le FN pour ne citer qu’eux. Non seulement cette « fonctionnarisation de la vie politique » n’a pas fait cesser la corruption politique, comme l’atteste le classement de la France par Transparency International, mais cette manne récurrente pendant 5 années incite les dirigeants de ces partis à dépenser sans compter comme l’affaire Bygmalion l’illustre tristement.

11 Avril 2013

La réponse du PLD à l'inspecteur gadget

Les propositions récentes du Président de la République ne sont pas à la hauteur du niveau de défiance des Français à l’égard de la classe politique. L’instauration d’un Parquet financier et de sanctions renforcées réellement punitives et dissuasives sont un pas. La démocratie est en crise, le PLD propose cinq mesures capables de ramener la confiance des citoyens dans leurs dirigeants.

25 Mars 2010

Réformons le financement des partis

Avec moins de 49 % de suffrages exprimés, le second tour des élections régionales a confirmé la désillusion des électeurs. Les conseils régionaux sont perçus comme une vague strate technocratique, dont le rôle et les sources de financement sont globalement méconnus. Ce n’est que par défaut que la gauche a gagné ces élections : la défiance envers le gouvernement aidant, le bilan médiocre des sortants n’a simplement pas suffi à les déboulonner de leurs sièges.

06 Juillet 2010

Affaire Woerth : tolérance zéro=zéro financement public de la vie politique et inéligibilité à vie des élus fraudeurs

Après la multitude de scandales éclaboussant une fois de plus la vie politique, le Parti Libéral Démocrate exige que soit appliquée la tolérance zéro. Une démocratie saine exige des élites responsables et exemplaires, nous en sommes loin. La moindre des choses serait de suspendre les versements d’argent public à l’UMP cette année. Mais nous devons aller plus loin : zéro financement des partis politiques français par le contribuable. Rappelons que les règles extrêmement strictes instituées successivement par le PS et l’UMP pour encadrer le financement de la vie politique sont implicitement destinées à brider tous les partis concurrents. Ces deux partis se sont octroyés un financement public récurrent considérable qui facilite leur maintien au pouvoir, aux échelons locaux et nationaux. Aujourd’hui, le PS et l’UMP bénéficient respectivement de 19 et de 32 millions d’euros d’argent public chaque année, et leurs candidats peuvent faire toutes leurs campagnes électorales sans avoir à débourser un centime de leur poche. Ce n’est plus acceptable.

S'abonner à RSS - Financement des partis