Mondialisation

12 Août 2014

Michel Sapin et Twitter : Papi fait de la finance

La réponse de Michel Sapin aux questions pourtant innocentes de l’Opinion sur son usage de l’iPhone explique mieux que tous les rapports du FMI le désastre de la gouvernance économique en France. « Le machin avec la pomme, c’est ça ? » a-t-il demandé après un silence. Il est donc avéré que Michel Sapin ne commande pas de VTC géolocalisé et ne regarde pas son fil twitter, où l’on ne trouve, a-t-il précisé, qu’« imbécillité et appauvrissement ». Ce brave honnête homme congédie fièrement la possibilité qui lui est offerte de parcourir la dernière tribune du New York Times ou de Project Syndicate, de lire les commentaires de Nouriel Roubini ou de Joseph Stiglitz, de suivre les réflexions géopolitiques de son collègue suédois des Affaires étrangères (un fieffé twitto !), d’observer en direct les révoltes populaires de par le monde, de se nourrir des idées alternatives qui émergent sur le Net et, bien sûr, horresco referens, de participer aux débats de notre nouvelle démocratie digitale. Au lieu de cela, il doit feuilleter tous les matins la revue de presse préparée par les services de Bercy (bleue pour la presse nationale, orange pour la régionale), et surveiller les dépêches AFP où son nom est cité.

17 Janvier 2010

Le G20 réaffirme le rôle du libre-échange et du libre marché

Le G20 qui s’est déroulé à Washington a réaffirmé le principe libéral du libre-échange et appelé à la reprise du cycle de Doha. Le monde a su garder son sang froid et ne pas céder à la tentation démagogique du repli sur soi. Il n'a pas été question de refonte du capitalisme. Au contraire, il sort renforcé du sommet. L’accord prévoit par ailleurs une révision des mauvaises réglementations, un meilleur suivi des produits financiers et un encadrement plus strict des agences de notations. Mais les marchés ne seront pas bridés afin de laisser libre cours aux innovations qui facilitent la vie des entreprises et des épargnants. C’est une bonne nouvelle pour les entreprises et l’emploi.

15 Janvier 2010

Protectionnisme inversé

Nous connaissons le réflexe protectionniste traditionnel : limiter et taxer les importations, favoriser les exportations. La dernière innovation Etatique a de quoi surprendre : limiter et taxer les exportations et favoriser les importations...de produits alimentaires. Conséquence directe de la mondialisation, l'amélioration de la qualité de vie permet à des centaines de millions d'individus de "passer d'un repas par jour à deux" comme le récapitule bien Nicolas Bouzou. Lorsque la demande augmente considérablement... Jusque là, tout le monde suit.

S'abonner à RSS - Mondialisation