rigueur

Dépense publique, fiscalité et dette

L'Etat veut tout faire et il le fait mal. Le pouvoir d’achat des Français continue à fondre au profit d’une dépense publique hors de contrôle dont le montant défie l’imagination. Lorsque le comité Armand-Rueff proposait de soulager l’économie française de ses blocages en 1960, la dépense publique atteignait 30% du Produit Intérieur Brut (PIB) et la croissance 8,0%. un demi-siècle plus tard, les dépenses de l’Etat central, des collectivités territoriales et de la protection sociale pèsent 57% du PIB, près du double. Et la croissance est en berne.

23 Juin 2010

Baisser la dépense publique entraine la prospérité

Après des années de laxisme budgétaire de Gordon Brown et des travaillistes, le premier plan de rigueur britannique traduit la volonté des Libéraux Démocrates et des Tories de redresser la situation des finances publiques outre-manche. Trois quarts du plan repose sur une diminution budgétaire, et moins d’un quart sur une hausse de la pression fiscale, qui sera hélas nocive pour la croissance britannique. Parmi les mesures fortes annoncées, le budget des ministères non prioritaires diminuera de 25 %, l’impôt sur les sociétés baissera de 28 à 24 % alors que la TVA montera de 17,5 à 20 %. La France ferait bien de s’inspirer des mesures de baisse des dépenses et de relance de l’économie pour aller plus loin que les mesures timorées annoncées par l’Élysée.

S'abonner à RSS - rigueur