13 Avril 2013

"Les sanctions d'inéligibilité doivent être à vie" selon Anne Bourdu

La Secrétaire Générale du PLD défend la moralisation de la vie politique et les enjeux des municipales de 2014 dans Le Cercle des Libéraux.

Question : êtes-vous partisane d'une loi sur la moralisation de la vie politique qui devrait être bientôt présentée lors du Conseild es Ministres ?

Oui, tout à fait. La vie politique est réglementée et contrôlée par la classe politique, des déviances préjudiciables au peuple français peuvent arriver et il faut mettre un terme au fonctionnement quant à soi de la classe politique.

Que pensez-vous des déclarations de patrimoine des membres du gouvernement : démarche de transparence ou de communication ?

Les déclarations de patrimoine telles qu'elles interviennent à l'heure actuelle dans la presse par des ministres ou des responsables politiques de l'UMP ou du PS sont une démarche parfaitement démagogique puisque cela ne règle rien. On prend des mesures dans l'urgence qui sont destinées à planter un arbre pour cacher la forêt. On peut très bien imaginer que si tous les responsables politiques étaient soumis à une obligation de déclaration de patrimoine, Monsieur Cahuzac n'aurait pas pour autant déclaré l'existence d'un compte de 600.000 € ou de 15 millions en Suisse ou à Singapour. Cela ne change rien au mal qui est la cause de ce processus. Je suis en revanche favorable au principe de déclaration de patrimoine des élus et des responsables politiques, mais c'est moins une déclaration publique qui a son intérêt que l'existence d'une autorité parfaitement indépendante qui permette de contrôler la réalité du patrimoine et la manière dont il est évalué. Concernant les actifs qui sont dans les paradis fiscaux : il est absolument indispensable de prévoir un système de sanctions réellement dissuasif qui comporte non seulement des sanctions financières mais encore, contre les élus, les sanctions d'inégibilité doivent être à vie.

Lire la suite sur lecercledesliberaux.com