01 Août 2014

Ségolène Royal, l'orgueil suicidaire

Le Parti Libéral Démocrate dénonce le plan de “transition énergétique” présenté par Ségolène Royal en Conseil des Ministres le 30 juillet.

L’obsession de l’état à vouloir diriger notre production et notre consommation d’énergie estimée dans 10, 20, ou 36 ans, est une aberration économique et, pire encore, philosophique. Notre prospérité actuelle repose sur notre capacité, tout au long de notre histoire, de produire toujours plus efficacement de grandes quantités d’énergie permettant de déplacer facilement humains et objets sur des distances toujours plus longues. Pourtant, le gouvernement prétend… inverser cette courbe (une de plus) en divisant par deux notre consommation énergétique d’ici 2050 ! Même l’URSS n’osait pas émettre de telles prévisions. 

Ni Ségolène Royal ni personne d’autre ne sait comment l’énergie sera produite en 2050, ni avec quelle efficacité. Seule certitude, le génie humain aura radicalement transformé notre paysage énergétique d’ici là, comme il l’a fait par le passé. Tout choix étatique 36 ans à l’avance est promis a une rapide obsolescence. Les transitions technologiques se produisent par la combinaison de deux éléments simples: libre entreprise et prix libres qui permettent aux créateurs d'évaluer la rentabilité de leurs prises de risques. En subventionnant des technologies immatures par des prélèvements toujours plus élevés sur les ménages, le gouvernement détourne l’argent disponible de la recherche de solutions viables vers des chasseurs de rente, lesquels sont souvent de grands groupes dont les dirigeants pratiquent un copinage éhonté avec les membres du gouvernement et leurs cabinets, issus des mêmes écoles.  
 
Une production non rentable, par définition, détruit plus de ressources qu’elle ne crée de valeur. Elle est donc à l’opposé du “développement durable” pourtant au centre du discours gouvernemental. Quant à la réduction des émissions de CO2, indépendamment des questions sur la pertinence de cet objectif, un seul pays industrialisé y parvient de façon significative: les USA qui laissent le gaz de schistes cannibaliser la part de marché du charbon. Autrement dit, en laissant faire l’entreprise privée. 
 
En Allemagne, la politique dirigiste décidée est aujourd’hui fortement contestée suite à l'explosion des coûts de l'énergie qu'elle a entraîné pour les ménages et l'industrie ces dernières années. Le plan Royal s’engage pourtant dans les mêmes voies sans issue, sans tenir compte des leçons des échecs de notre proche voisin. Le Parti Libéral Démocrate demande au gouvernement de laisser les innovateurs privés chercher les solutions aux défis énergétiques et environnementaux qui se présentent à nous, sans subventions ni autres artifices législatifs ou fiscaux qui n'engendreront que de nouvelles rentes de situation et une précarité énergétique croissante des ménages.