Nos Valeurs

Donnons à chaque citoyen la liberté de construire son avenir

Les Français contestent chaque jour davantage les décisions dirigistes de nos élites. Comme eux, nous ne tolérons plus les rentes et privilèges d’un système qui ne parvient pas à se réformer. Nous ne voulons plus vivre dans une société de défiance, frileuse et bloquée. Plus que jamais, notre pays a besoin qu’un mouvement libéral défende des idées nouvelles afin de favoriser, comme dans de nombreux pays qui s’en sont inspirées, la transition vers un modèle économique et social performant.

La France nouvelle est en marche, elle a soif de liberté après des décennies de dirigisme étatique. Les Français comprennent que la liberté reste le fondement de la prospérité et du bonheur personnel. Le ciment d'une société forte et confiante. Notre ambition, c’est une France qui respecte les choix de vie de chacun, et offre de vraies chances de réussite à tous. Une France qui offre de l'espoir à tous.

Nous croyons à l’entreprise, aux vertus de l'échange et de la concurrence la plus ouverte possible dans tous les secteurs non régaliens, en France comme en Europe. Nous sommes aussi les fervents défenseurs de l’esprit coopératif, ferment du lien social. C’est dans cette perspective que nous souhaitons un retour à un Etat recentré et renforcé dans ses prérogatives régaliennes, moins omniprésent dans le quotidien des Français, moins infantilisant. Condition pour que l’individu, la famille et, plus largement, la société civile se retrouvent au cœur des initiatives dans tous les domaine (culture, recherche, nouvelles solidarités, etc.) dans un esprit de fraternité.

Liberté

Nous voulons revenir au premier principe de notre République, la liberté. Une société juste fait vivre ensemble des citoyens aux croyances et aux convictions diverses sans subir de normes imposées par l’autorité politique. Elle permet à chacun de faire des choix dans tous les domaines de la vie, et d’agir librement à condition de respecter les droits d’autrui. Dans ce contexte, l’échec est possible, bien sûr, mais le succès aussi, et chacun peut alors légitimement récolter les fruits de ses talents, de ses efforts et, parfois, de sa part de chance. Cette société juste  nécessite une fiscalité modérée et stable, ainsi que des restrictions minimales de nos comportements et de nos actes afin qu’ils ne nuisent pas à autrui.

Egalité

Le second pilier de notre République est l’égalité. Non pas l’égalitarisme qui culpabilise la réussite, mais l’égalité des chances, la vraie, la seule qui justifie l’une des rares missions non régaliennes d’un Etat : permettre à tout enfant scolarisé en France d’accéder à un enseignement de qualité, premier moteur d’ascension sociale à côté de celui de l’entreprise. Comment croire à l’égalité des droits tant que nous vivrons dans un régime aristocratique, alors que continuent à foisonner les exceptions : statuts, acquis catégoriels, professions protégées et passe-droits d’un autre temps ? Chaque Français suspecte ses voisins de disposer de meilleurs avantages et craint de perdre les siens. L’égalité héritée de la révolution française exige une abolition totale et définitive de tous ces privilèges injustifiables. Elle nécessite aussi l’instauration d’une concurrence libre et ouverte dans tous les domaines, y compris ceux actuellement protégés au détriment du consommateur.

Fraternité

La fraternité, enfin, a fait les frais de la fragilisation de notre liberté et du sentiment dominant d’iniquité. Nous sommes nourris des discours de lutte des classes des dirigeants politiques. Rappelez-vous « je n’aime pas les riches » de François Hollande en 2006. Les cités HLM commençaient déjà à flamber. Les aides sociales et les plans banlieues n’ont pas compensé le sentiment d’abandon des « quartiers ». Ce terreau de la haine a d’abord donné naissance aux bandes et aux trafics. Nous avons dorénavant l’islamisme radical et le djihadisme meurtrier, dernière forme de rejet absolu de la société. En retour, les classes moyennes ont commencé à rejeter les « assistés », les accusant de vivre sur leur dos. L’exacerbation de tous ces clivages indique que nous arrivons vers la fin de « la route de la servitude » que nous décrivait l’économiste et le philosophe libéral Friedrich Hayek, en 1944. Il considérait, et nous considérons avec lui, que l’interventionnisme de l’Etat porte toujours atteinte aux libertés individuelles et finit par conduire à l’asservissement des peuples.

La France est devenue le maillon faible d’une Europe fragilisée. L’absence de réformes structurelles nous expose plus que d’autres au danger d’une explosion sociale, financière ou géopolitique. Ce serait  le glas des réformes et la porte ouverte aux populismes incendiaires. C’est pourquoi notre devoir est de convaincre les Français de l’urgence de refonder un Etat providence à l’agonie, de le remplacer par un système économique et social très différent de celui, rigide et léthargique, des dernières décennies. D’autres pays ont su franchir l’étape des réformes avec l’assentiment populaire. Pour y parvenir, leurs dirigeants avaient fixé un cap. Mieux encore, ils l’ont tenu. En France, inous devrons avoir pour qualité le courage et pour unique priorité celle de convaincre les Français que le nouveau modèle répond aux exigences d’une société plus juste. Nous devrons remettre en question la professionnalisation de la politique et les élus placer au-dessus de leurs propres intérêts ceux de leurs concitoyens.

Pour échapper au chaos, ne pas céder au découragement est un impératif moral. Nous ne pouvons laisser les populistes combler le vide laissé par une gauche décomposée, une droite bonapartiste sans idée, un centre complaisant et ramolli. Une nouvelle génération se lève et ne croit plus en l’homme providentiel, au moule universel, au modèle unique pour tous, à la préservation d’acquis anciens. Elle a l’énergie, les idées, la vision d’un monde ouvert, tolérant et responsable. Nous lui proposons un chemin jamais tenté jusqu’ici en France : la voie libérale. Nous en dessinerons dans ce livre les contours et les principes : la liberté, l’esprit d’initiative et la confiance.

Les autres articles

04 Janvier 2017

Make France Free Again… in 2017 !

L'un des principaux problème de la France reste son manque de liberté, d'une manière générale. La libéralisation de notre vie politique, de notre modèle social, de notre économie, sont des conséquences essentielles au bonheur de tous.

Article d'Aurélien Véron paru dans atlantico le 29 décembre 2016

16 Novembre 2015

Défendons nos libertés par une riposte ferme

La France est frappée très durement une fois de plus par le terrorisme islamiste. Nos premières pensées vont aux victimes, à leur famille et à leurs proches. Nous appelons à l'unité nationale face à l'horreur. Montrons au monde qu'aucun acte de terrorisme n'ébranlera les valeurs de liberté et d'égalité qui ont façonné la France. Montrons aux adversaires de la démocratie et de la liberté que nous continuerons à vivre en démocrates et en citoyens libres.

06 Mai 2015

Loi sur le renseignement : les députés viennent de voter une loi liberticide et inutile

C’est finalement dans une quasi indifférence que le gouvernement a fait passer une loi fondamentalement liberticide qui n’aura aucun impact sur la sécurité nationale. Ce crime de lèse liberté a eu lieu aujourd'hui, le 5 mai, à l’Assemblée Nationale, lieu dans lequel les députés défendent les intérêts des citoyens… si, si, je vous assure… Indifférence totale ou presque, nous étions un peu plus de 200 sur la place des Terreaux devant l’Hôtel de Ville de Lyon samedi 2 mai.

17 Avril 2015

29 avril 19h00 : débat avec Gaspard Koenig

Soirée - débat à Paris le 29 avril à 19h00 - Pays des libertés, la France meurt de ses interdits. Ce n'est pas la mondialisation, l'Europe ou le capitalisme sauvage qui nous menacent, mais l'enlisement dans la servitude volontaire. L'Etat est devenu le bourreau de nos libertés. Le problème n'est pas économique mais philosophique.

13 Avril 2015

Un joint
 contre le cancer

Dans une société agitée, crispée, agressive comme la nôtre, la consommation du cannabis devrait être une cause nationale. On se demande quelle mouche a piqué la poignée de députés qui, en 1970, décidèrent, dans une optique explicitement prohibitionniste et répressive, d’interdire l’usage d’une substance modérément addictive, aux effets largement documentés puisque sa culture remonte à l’âge de pierre (et aurait facilité, disent certains, le développement des arts et techniques). Comme toujours, l’Etat se mêle indûment de ce qui ne concerne que l’individu, et le rapport qu’il entretient avec son propre corps.

17 Mars 2015

La loi sur le renseignement met fin à la protection de la vie privée des Français

Après la loi de lutte contre le terrorisme, la loi sur le renseignement ajoute une nouvelle couche de mesures liberticides, dangereuses pour la démocratie. Les entreprises Internet deviendront des mouchards chargés de surveiller leurs clients à leur insu et de les dénoncer en cas de doutes. Le Parti Libéral Démocrate dénonce cette obligation malsaine de délation des entreprises privées. Sans passer par des magistrats, des services policiers auront accès à tous les détails les plus privés de la vie quotidienne des Français sur la moindre suspicion. En plus des « accès administratifs aux données de connexions » - contacts téléphoniques et nombre de SMS -, les policiers pourront effectuer des « interceptions de sécurité » - lecture des mails et écoutes des conversations téléphoniques ». Grâce à des logiciels espions, ils pourront aussi lire et enregistrer, de façon indétectable et en temps réel, ce que les personnes surveillées tapent sur leur clavier.  La pose de micros et de caméras espions sera aussi possible au domicile et dans les véhicules des suspects… toujours sans aucune autorisation de magistrat.

09 Décembre 2014

Vive les feux de cheminée ! A bas les technocrates!

Ségolène Royal a vu l'absurdité de ce décret. Il faut dire qu'il battait des records. Le soir du réveillon, au douzième coup de minuit, les habitants de l'Ile-de-France devaient éteindre précipitamment leur feu de cheminée et dissimuler les cendres, au risque de voir la police envahir les lieux. Conformément à l'arrêté préfectoral n°2013 084 0002, faisant suite à une obscure décision de la non moins obscure DRIEE-IF (direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'Ile-de-France, bien sûr), la combustion du bois en foyer ouvert devait être interdite à l'intérieur d'une «zone sensible» regroupant près de neuf Franciliens sur dix.

16 Juillet 2014

Laissons parler les imbéciles

Le PLD déclare son indignation devant la photo à caractère raciste postée sur les réseaux sociaux par Anne-Sophie Leclère, ex-tête de liste FN aux municipales. Mais nous dénonçons sa condamnation à une lourde amende et à de la prison ferme. Qui peut croire que la prison éradiquera la bêtise ? Nous ne pouvons accepter cette nouvelle offensive contre la liberté d’expression, ni la banalisation rampante de la censure à l’encontre des propos choquants ou blessants pour telle ou telle communauté. L’opaque constellation de lois liberticides opère une grave dérive du droit. Les nouvelles limites imposées à la liberté d’expression pourraient se retourner contre un grand nombre de propos si elles étaient appliquées à la lettre. La loi ne doit pas discriminer entre les idées acceptables et celles qui ne le sont pas. Elle ne doit sanctionner que les cas explicites de diffamation ou d'appel explicite à la violence contre autrui.

23 Juin 2014

Quand un philosophe libéral défend le suicide assisté

Plaignons les juges qui se voient sommés de trancher, sur des bases légales assez floues, des affaires éminemment délicates de «fin de vie». Les tragédies récentes montrent à quel point il est urgent de clarifier le droit. De ce point de vue, la mission que le Gouvernement vient de confier à Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) est opportune. Espérons qu'elle aboutisse une vraie réforme permettant à chacun de choisir librement sa mort.

17 Juin 2014

L’Evin
 nuit à la 
santé 
(mentale)

Le plan quinquennal d’hygiénisme (pardon : la loi de Santé publique 2014) sera prochainement présenté en Conseil des ministres. A l’insistance du ministre de l’Agriculture, le vin devrait échapper à la mode de la « fiscalité comportementale », promue par la féroce ANPAA (association nationale de prévention alcoologie et addictologie). Pour se venger, sa collègue de la Santé prépare une série de mesures efficaces et intelligentes, telles que le grossissement du logo femmes enceintes sur l’étiquette des bouteilles, ou la radicalisation du message sanitaire, qui deviendrait : « Le vin est dangereux pour la santé. » Que celui ou celle qui a jamais été découragé de boire un verre par ces slogans puérils se manifeste au plus vite auprès de l’administration.

07 Avril 2014

PLD, parti des libéraux de combat

Le centre et la droite connaissent leur première victoire depuis 2007 avec la prise de 155 villes de plus de 9.000 habitants. Les libéraux ont contribué à ce succès lorsqu’ils ont été tête de liste ou tout au moins reconnus comme acteurs à part entière dans la campagne. C’est pourquoi nous félicitons la centaine de candidats du PLD qui se sont présentés à cette occasion.

25 Décembre 2013

Laissons parler les imbéciles

La liberté d’expression semble un acquis en France. Personne n’est plus embastillé pour ses opinions, et le temps au Voltaire écrivait que «sans l’agrément du roi, vous ne pouvez penser», semble bien révolu. L’avalanche de sottises postées chaque jour sur le Web conduit parfois à penser que, s’il y a un problème avec la liberté d’expression, il réside plutôt dans son abus.

25 Décembre 2013

Qui se souvient de SOS Bonheur, la BD publiée dans Spirou au milieu des années 80 ?

Big Brother made in France

Qui se souvient de SOS Bonheur, la BD publiée dans Spirou au milieu des années 80 ? Il faudrait la rééditer d’urgence et la faire étudier dans tous les cours de philosophie politique. Le scénariste (belge) Jean Van Hamme y décrit une société démocratique dans ses institutions, mais devenue oppressive à force d’organiser le bonheur de ses citoyens. La Police médicale peut surgir chez vous n’importe quand pour vérifier que les fils électriques ne sont pas dénudés, les vacances sont organisés par l’Etat, le ministère des Arts et Lettres sélectionne et récompense lui-même les écrivains, et on apprend incidemment que la limitation de la vitesse sur les routes a été ramenée à 50 km/h…

20 Décembre 2013

Et si la France n'était plus le pays des libertés ?

On ne connaît généralement que le premier couplet de La Marseillaise, et c'est heureux. Les paroles de notre hymne national furent composées par un petit officier ambitieux lors d'une nuit d'ivresse, plaisamment décrite par Zweig dans Les très riches heures de l'humanité. Elles ne brillent ni par leur finesse ni par leur esprit de modération. Pourtant, vers la fin, deux vers se détachent, que les écoliers pourraient apprendre avec davantage de profit que "l'étendard sanglant" et autres délires morbides :

 
 

Liberté, liberté chérie

Combats avec tes défenseurs !

Liberté chérie, voilà une belle amante ! Mais qui sont tes défenseurs aujourd'hui ?

25 Novembre 2013

Le manque de liberté en France pénalise la croissance

Fin octobre, à Bangkok, sous l’égide de la Friedrich Naumann Foundation For Freedom (FNF), une organisation financée à travers le parti libéral démocrate allemand (FPD) se sont réunis la plupart des responsables des think tanks libéraux en Asie (du Japon à l’Inde et passant par la Chine, le Bhoutan, l’Indonésie…) ainsi que certaines organisations libérales américaines. Pour la France, seul le think-tank Génération Libre était présent.

24 Octobre 2013

La révolution libertarienne

« La révolution du vingtième siècle aura lieu aux Etats-Unis », pronostiquait Jean-François Revel dès 1970 dans un essai à succès, Ni Marx Ni Jésus ; une révolution qui assurerait enfin une « liberté idéologique, culturelle et morale complète, destinée à assurer le bonheur individuel dans l’indépendance et le pluralisme des choix ». Autrement dit, une révolution libérale ou, pour reprendre la terminologie américaine, libertarienne, à la fois pro-marché et progressiste, garantissant le primat des libertés individuelles sur les fictions du contrat social et de l’Etat-Nation.

10 Juillet 2013

Soutien à Edward Snowden

Edward Snowden aurait pu demander l'asile en France. Mais le consulat français ne lui en a pas laissé l'occasion en lui refusant un simple visa pour venir sur notre territoire. Il se trouve que Snowden est un libéral de conviction. Conviction si forte qu'il a délibérément choisi d'ouvrir la boite de pandore de PRISM. Il n'y a pas si longtemps, il soutenait Ron Paul à la primaire du Parti Républicain pour la présidentielle aux Etats-Unis. Celui-ci le soutient publiquement aujourd'hui. C'est aussi le choix que nous avons fait au PLD.

Vous aussi, n'hésitez pas à le soutenir publiquement. Sa cause est universelle, elle est la nôtre à tous.

Ne lâchons rien si nous voulons stopper le recul de nos libertés en vue de reconquérir le terrain perdu.

 

 

10 Juillet 2013

Vous pouvez détacher vos ceintures

On a fêté ce 1er juillet les quarante ans de la ceinture de sécurité obligatoire. Triste anniversaire. Car ce décret, pris sous l’autorité de Pierre Messmer, a enrichi le droit administratif d’une notion nouvelle et éminemment dangereuse : le devoir de l’Etat de protéger l’individu contre lui-même, comme si chacun avait en lui un bourreau irresponsable, une ombre maléfique, un Mister Hide prêt à sévir.

12 Juin 2013

Écoutes numériques généralisées, grave atteinte aux libertés

Yes we scan

Edward Snowden est un citoyen américain qui, comme l'immense majorité de son peuple, croit à la liberté individuelle. Il a pris le risque de sacrifier son avenir pour révéler au monde le scandale des écoutes numériques généralisées par le gouvernement des Etats-Unis, à travers le programme PRISM. Le PLD demande au gouvernement français et à l'Union européenne d'intercéder auprès du gouvernement américain en faveur de cet homme qui ne doit pas être considéré comme un traître, mais comme un héros de la défense de nos libertés fondamentales.

23 Avril 2013

Gaspard Koenig, un "Français libre"

Un spécimen rare vient de faire son apparition dans ce café des Grands Boulevards, à Paris : un jeune libéral français. Avec sa mise soignée, son minois de collégien échappé du Cercle des Poètes Disparus, et son billet d'Eurostar en poche, Gaspard Koenig est une proie facile pour les adeptes du délit de faciès idéologique.

07 Mars 2013

Hommage à Chavez : ¿Por qué no te callas?(*)

(*) Pourquoi tu ne te tais pas ?!

Hugo Chavez est mort. L’Amérique Latine est débarrassée d’un tyran populiste qui a fait un usage à très courte vue des 1000 milliards de pétrodollars engrangés par son pays ces quatorze dernières années. Le PLD s’avoue choqué par les réactions françaises, notamment celle de notre Ministre de la Justice. Il rappelle que le régime de Chavez a gravement porté atteinte à la liberté de la presse, brutalement nationalisé les biens d’un grand nombre d’entrepreneurs, et multiplié les arrestations arbitraires d’opposants politiques.

30 Novembre 2011

La Tunisie gardera-t-elle un statut privilégié vis-à-vis de la France et de l'Union Européenne?

La Tunisie a été l'initiatrice du Printemps Arabe. Aujourd'hui en France, l'enthousiasme a fait place à l'inquiétude. L'instabilité règne en Egypte, où de plus les Frères Musulmans et un parti salafiste sont arrivés en tête des élections cette semaine. La Syrie s'enfonce dans la répression sanglante d'une population civile pacifique et désarmée. Après la chute du régime de Khadafi, la confusion s'est installée en Libye. Quant à l'Algérie, l'immobilisme apparent du régime cache mal les tensions et la détresse populaire. On parle d'Automne Arabe pour évoquer cette dégradation de l'environnement général du monde arabo-musulman. C'est dans ce contexte qu'Aurélien Véron, président du Parti Libéral Démocrate, parti de centre droit français, viendra rencontrer du 4 au 6 décembre la nouvelle classe politique et les futurs dirigeants tunisiens à l'initiative du PSL, notamment les dirigeants du parti arrivé en tête de l'élection de l'assemblée constituante, Ennahda.

03 Mars 2011

La liberté d’expression n’est pas négociable

La condamnation d’Eric Zemmour, à l’instar de Dieudonné avant lui, illustre bien la dégradation de la liberté d’expression en France. Indépendamment du fond de leurs propos, le Parti Libéral Démocrate condamne l’intervention de plus en plus fréquente des politiques dans l'appréciation des événements du passé, ainsi que les procédures juridiques touchant historiens et penseurs. Héritage du siècle des Lumières et de la révolution, a liberté d’expression est l’un des Droits de l’Homme les plus essentiels. Ces lignes Maginot de la parole renforcent surtout la diffusion insidieuse des idées interdites. Elles nourrissent les rancoeurs et limitent le progrès qu’une société peut légitimement attendre du droit aux débats libres et ouverts. Nous demandons aussi la fin des subventions publiques octroyées aux associations qui ont fait de ces poursuites un vrai business.

15 Juin 2010

La presse nationale otage de ses subventions

Dix huit mois après le Grenelle de la presse qui prétendait lui rendre une véritable autonomie, le Président de la République s’immisce une fois de plus dans la vie d’un grand média en convoquant Eric Fottorino, patron du journal Le Monde. L’opposition supposée de Nicolas Sarkozy au plan de reprise du Monde par Mathieu Pigasse, Xavier Niel et Pierre Bergé, le généreux mécène de Ségolène Royal, constituerait une atteinte grave au principe de séparation des pouvoirs. Une fois de plus, les 280 millions d’euros de subventions annuelles versées au secteur de la presse donnent au pouvoir politique un levier que tous les dirigeants ont actionné un jour plus ou moins ouvertement. Le Parti Libéral Démocrate souhaite que l’Etat redonne à la presse les moyens de son indépendance, en s’attaquant à l’hyper réglementation et en supprimant les aides versées en contrepartie.