non irlandais

16 Janvier 2010

Repenser l'Europe

Le 'non' irlandais porte un rude coup à la construction européenne. Sans porter de jugement sur ce vote souverain, le faible taux de participation (53%) nous surprend de la part d'un peuple qui a su tirer le meilleur de ce processus. A la veille de la présidence française de l'Europe, nous ne devons par prendre le risque d'une remise en cause des avancées dues à la construction européenne : marché unique, fin des monopoles et remise en question des "champions nationaux" subventionnés par les Etats, baisse de la dette publique des Etats membres (et fin négociée de la PAC dans un futur proche).

S'abonner à RSS - non irlandais